Clan Sombrecoeur Index du Forum
 
 
 
Clan Sombrecoeur Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

L'Avénement d'un Loup

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Clan Sombrecoeur Index du Forum -> Camp de base (RP) -> Archives sombrecoeur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Jeu 21 Juil - 20:11 (2011)    Sujet du message: L'Avénement d'un Loup Répondre en citant

I La Naissance du Loup Noir


Le vingt-huitième jour du dixième mois de l’an -18, le Manoir des Sombrecoeurs en Gilnéas était en ébullition. Les femmes de chambres, les serviteurs, les médecins… Seuls les gardes semblaient ne pas broncher plus qu’à l’accoutumé. L’extérieur était tranquille, le Seigneur Mephisto Sombrecoeuravait quitté sa citadelle en Lordaeron afin de venir voir son fils cadet, Victor, qui était de sortie avec son fils de deux ans, Klayn Sombrecoeur.

Mephisto Sombrecoeur marchait à grand pas dans les couloirs du Manoir vers la source des troubles de la demeure. Il était le stéréotype même du Sombrecoeur. Grand, épais comme un tronc d’arbre, les traits dur et des cheveux noirs quoique les tempes du Seigneur étaient maintenant grises. En arrivant les pièces il vit un médecin penché sur le lit de sa belle-fille qu’il ne parvenait à voir à travers le rideau de serviteurs autour du lit. D’un œil il balaya le reste de la pièce. Elle était somptueuse, les murs étaient recouverts de portraits de familles et, rarement, d’armes. Contre ceux-ci se trouvaient des armoires finement sculptée dans un bois qui, revendu, aurait nourrit un couple de paysans pendant un an - et encore. Une grande fenêtre ornait l’un des murs, revêtue de grands rideaux en tisse-mage teints en rouge. Après cette brève analyse du terrain - typique du stratège qu’était Mephisto, il revint à l’attroupement face à lui.

Le géant grogna, avant de décider que donner de la voix ne serait pas trop tôt. Il tapa rapidement mais sèchement du pied sur le sol en bois lisse de la pièce, avant de laisser filer un « DEHORS » de sa voix tonitruante et encore énergique malgré son âge. Rapidement, les serviteurs qui n’avaient rien à faire là - pratiquement tous pour dire vrai - sortirent de la pièce, laissant enfin l’homme aux tempes grises s’approcher pour poser l’œil sur la source de toute cette confusion.

Elle, Salya Sombrecoeur, serrait la main de l’une de ses nombreuses femmes de chambres, le médecin lui murmurant diverses instructions à l’oreille. En laissant son regard voir vers le bas, il vit un second médecin - sûrement celui en charge d’elle - à genoux au bord du lit. Ce n’est qu’en remarquant le sang sur les draps que vieil homme compris. Il s’approcha et fit un signe de tête bref à la femme de chambre pour la faire partir. Elle ne se le fit pas dire deux fois, et partis en secouant sa main endoloris pour y refaire circuler normalement son sang. Le Sombrecoeur s’assit sur le lit et attrapa la main de la jeune femme pour lui-même la serrer - doucement. Elle qui cherchait une prise la serra avec joie avant de continuer à inspirer et expirer à intervalle régulier. Mephisto se pencha à son oreille pour murmurer un « Tu n’es pas seul Salya. » qui sembla apaiser quelque peu la jeune femme - de façon à peine perceptible.

Pendant plusieurs heures, la vie de Mephisto se résuma à ignorer la douleur - ou plutôt le manque de sensation - de sa main en regardant la vie faire son œuvre. Il posait parfois le regard sur la femme à côté de lui, avant de le reporter vers la fenêtre et la nuit qui venait de tomber. Il savait qu’il était entré alors que le soleil descendait vers l’horizon, mais celui-ci semblait couché depuis quelques heures. Il commença à réfléchir, comme souvent ces temps-ci, à sa situation.

Il était Mephisto Sombrecoeur l’unificateur. Fils d’un Sombrecoeur de chaque lignée. L’union de ses parents était un acte de rapprochement pour chaque lignée. La fille unique de son grand père, en Gilnéas, et le fils ainé du Seigneur Lordaeronnais avant lui. Des enfants de la lignée seigneuriale enfantant le prochain Seigneur au sang-pur pour certains, mêlé pour d’autres ou encore sale pour quelques réfractaires. C’était un pari risqué de ses deux pairs de grands-parents. Mais cela avait payé. Il était Mephisto l’unificateur, le premier Seigneur unique depuis près de deux milles huit cent ans. Il avait fait plus que tous ses prédécesseurs avant lui. A présent, il se devait simplement de s’occuper de sa famille.

Enfin il entendit un cri de sa belle-fille qui le sortit de sa rêverie tandis qu’il baissait les yeux vers le médecin en chef qui fit à haute voix « Je le vois ! John, dépêchez. Continuez Dame, le calvaire est bientôt terminé.

Pendant encore quelques minutes, Mephisto regarda la vie accueillir en son royaume un nouvel être. Enfin, il vit le petit entre les mains du médecin qui coupa le dernier lien entre l’enfant de sa mère pendant que son assistant appelait les femmes de chambres qui l’enveloppèrent dans un drap de soie avant de le tendre au grand-père qui se calla à côté de sa belle-fille en lui désignant l’enfant.

« Tu as réussi, Salya. Regarde ton fils. Il est en bonne santé et deviendra un brave gaillard comme son père. »

Elle sourit faible. Pâle sourire mais sourire tout de même. Elle tendit mollement ses mains pour prendre l’enfant et se fut la requête que Mephisto accorda le plus facilement de toute son existence. Elle le cala dans ses bras en regardant l’enfant, passant son index droit sur l’arrête du nez de l’enfant, qui la regardait les larmes aux yeux, yeux qui étaient d’ailleurs bruns, comme la plupart des Sombrecoeurs.

Le vieil homme regarda le petit, se rappelant de la naissance de ses fils, Wallace et Victor, se rendant compte qu’il n’y avait pas plus belle chose que voir une créature, quel qu’elle soit, naître. Il porta ensuite son regard sur Salya. Le port altier et fier malgré la fatigue, ses longs cheveux châtains aux reflets cuivrés rabattus vers l’enfant qui tentait de les prendre entre ses petites mains, accordant un sourire à sa mère qui le fixait, les traits du visage tous tournés vers la joie plutôt que la douleur. Le Seigneur regarda du coin des yeux ceux de sa belle-fille. Ils étaient couleur noisette et pétillait d’une douceur dont seul les mères peuvent faire preuve.

Après avoir lui avoir laissé le temps d’admirer son fils, Mephisto se permit de prendre la parole.

« Toi et Victor avez déjà un nom pour ce petit ou attends-tu son retour pour le décider ? »

Il la vit se mordre légèrement la lèvre, comprenant qu’ils n’en avaient sûrement jamais parlé. Cela ne l’étonnait guère, son fils cadet était fier et froid en général, sauf avec elle. Mais il était trop accaparé par Klayn, son premier fils, pour avoir de véritables discussions traitant d’autres choses que ce dernier, les récoltes et toutes les petites choses du quotidien. Elle sembla réfléchir pendant de longues minutes où elle fixa l’enfant en silence - un silence que respecta Mephisto.

« Darnat. » dit-elle enfin.

Mephisto hocha la tête. Il n’avait jamais été doué en noms, sa femme avait décidé pour ses deux fils alors il préférait ne rien dire. Il se contenta de fixer le petit Darnat, pris d’un sentiment qu’il n’avait pas eu avec ses autres petits-enfants. La fierté. Pourquoi ? Il n’en savait rien.

« Une grande destinée t’attends » commença-t-il sans savoir pourquoi, l’enfant le fixant de ses yeux d’enfants. Les mêmes yeux que sa mère.

« Tu es porteur de l'un des sangs les plus prestigieux de notre espèce, mon enfant. Dors... Dors bien. Car je le sens jusqu'au fond de mes tripes... »

« Une vie remplie de gloires et de difficultés t’attends… Darnat Sombrecoeur. »

_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Dernière édition par Darnat Sombrecoeur le Dim 26 Aoû - 19:18 (2012); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 21 Juil - 20:11 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Mar 26 Juil - 16:49 (2011)    Sujet du message: L'Avénement d'un Loup Répondre en citant

II Haines paternels


« Non ! Relevez vous, Klayn. Et reprenez cette épée immédiatement. Et pressez, vous avez votre cours de langue dans une heure » beuglait une voix dans le champ d’entraînement du manoir.

Victor Sombrecoeur, second fils et cadet du Seigneur Mephisto, secoua la tête. Son fils, Klayn, s’entraînait au combat face à son instructeur personnel. Il se débrouillait bien, et heureusement au vu du sang qui coulait dans ses veines ! Il était l’enfant dont il avait toujours rêvé. A huit ans, déjà, il se battait bien, savait s’adresser aux dames avec galanterie - il les faisait d’ailleurs toutes craquer, et connaissait des choses appris auprès de son tuteur que ne savait pas bon nombre de gens de la cour.

Son attention fut soudain capté par son fils esquivant une attaque de son instructeur, basique évidemment, ce n’est qu’un enfant, avant de lui rendre un coup de son épée d’entraînement. Pas de quoi fouetter un chat, mais déjà très bien pour un enfant de son âge.

Victor tourna la tête, pour faire craquer sa nuque comme à chaque fois qu’il était de bonne humeur, et vit une silhouette familière approchée, accompagnée de deux autres. Une femme dotés de longs cheveux châtains virant au roux. « Salya » pensa l’homme aux cheveux sombres. Elle s’approcha, accompagné d’un homme engoncé dans une énorme armure de métal lui servant de garde du corps - les assassins rodent à Gilnéas, avant de s’arrêter devant son mari.

La différence entre les deux était flagrante. Elle, qui atteignait le mètre soixante-quinze à grand peine, lui arrivait un peu en dessous de l’épaule. Lui-même portait les cheveux mi-longs d’un noir aussi pur que les plumes d’un corbeau. Sans oublier la corpulence. Il était aussi épais que l’un de ses ours que l’on pouvait voir dans les régions de Lordaeron mais disposait pourtant de traits plus proches de ceux d’un noble que de ceux d’un guerrier.

Le Sombrecoeur sourit à sa bien-aimée. Sourire qu’il perdit en voyant qu’elle tenait la main de son second fils, Darnat. Un second fils dont il n’avait jamais voulu… Un accident comment on dit dans le langage courant. Il espéra, clairement, qu’elle ne venait pas à cause de lui.

La mère, anxieuse de voir son fils en train de combattre un homme adulte, se mordit la lèvre en regardant en direction du champ d’entraînement. Son époux le remarqua aussitôt.

« Ne t’en fais pas. Il dispose du millénaire sang Sombrecoeur. Il ne risque rien. »

Elle hocha lentement la tête, pas rassurée pour autant, avant de regarder son second fils qui gardait les yeux rivés vers son frère, admiratif.

« Quand pourrais-je faire pareil maman ? » demanda innocemment le bambin.

« Bientôt mon chéri, quand ton père aura le temps de s’occuper de toi. » lui répondit sa cher et tendre mère.

Victor renifla bruyamment, pour signaler peu discrètement que cette idée le répugnait simplement. Il commença à tourner autour du champ d'entraînement en encourageant son fils ainé. Sa femme se contenta de secouer la tête, désolé du comportement de son époux, et regarda elle-même Klayn combattre, le petit Darnat examinant déjà chaque geste de son frère avec admiration.

Plusieurs dizaines de minutes plus tard, passage sans grand intérêt, la nuit commençait à tomber et tout le monde rentra au manoir pour le repas du soir. Pour une fois, les quatre Sombrecoeurs ne dinaient avec aucun invité, qu'il soit Sombrecoeur ou simplement un autre noble de la région. Décrire le repas prendrait trop de temps, la variété était présente et le bon goût avec elle.

Salya, assise à côté de son mari, examinait du regard pendant qu'il mangeait. Chacun de ses gestes étaient calculé pour avoir le plus d'effet possible. Et ce, que ce soit pour désigné son mépris ou son affection. Son visage était sévère et rarement expressif. Mais elle savait que malgré tout cela il se cachait une bonne personne derrière ce masque. C'est pour cela qu'elle avait juré de rester à ses côtés jusqu'à la mort.

Elle tourna la tête vers ses fils, plongés dans leur repas. Ils faisaient attention à chaque mouvement qu'ils faisaient avec leurs couverts, car il savait pertinemment que leur père les fixait. Du moins le petit Darnat le savait. Victor pouvait, et le faisait même, tout pardonner à Klayn qu'il voyait comme son portrait craché, ce qui n'était pas totalement faux. Darnat par contre héritait de la mauvaise humeur constante de son père qui, après tout, n'avait jamais vraiment désiré un second enfant. Une fille à marier aurait été un meilleur atout après avoir eu un héritier. La mère, elle, était tout à fait satisfait d'avoir eu un second fils. Même si elle le cachait, elle était légèrement déçu que son fils aîné soit aussi expressif que son père. Elle espérait que le cadet égalerait son aîné tout en gardant ce caractère qui lui donnait tout son charme, selon elle.

La mère reposa ses yeux vers Victor qui l'observait avec un sourire. Elle lui rendit le sourire. Elle savait que ce sourire était véritable et ne masquait aucune intention.

« Vous êtes bien expressif mon cher, à quoi pensez vous ? » lui susurra-t-telle.

Victor regarda ses fils, et surtout Klayn, du coin de l'œil avant de répondre.

« Je me disais que nous avions fait du beau travail avec Klayn. Et que j'étais fier d'être à vos côtés, my Lady. »

Salya pencha la tête de côté.

« Seulement avec Klayn ? Avec les deux selon mon humble avis. »

« L'autre n'est pas vraiment le genre de fils que je désire. Trop expressif. » fit-il, en haussant les épaules.

« Mais il mérite la même éducation que son frère. Celle d'un Seigneur et d'un Sombrecoeur » lui répondit-elle en perdant son sourire.

« Non. »

Ce non était sec, sans équivoque et, surtout, à voix haute. Les enfants arrêtèrent leur repas pour regarde leur père qui continuait à parler.

« Nous lui trouverons autre chose. Il est inutile de par son statut de fils cadet. Nous lui trouverons un rôle de... Je ne sais quoi. Mais PAS Sombrecoeur. »

Darnat baissa la tête quand son père le foudroya du regard. Il avait parfaitement compris que l'on parlait de lui. Et sur ses paroles haineuses, son père se leva de table et sortis de la pièce à grande enjambées. Salya secoua la tête, désolée de voir son mari aussi têtu, et se tourna en souriant vers ses fils.

« Continuez votre repas, ce n'est rien. »

Les enfants hochèrent la tête et reprirent. Klayn n'était pas affecté le moins du monde par la discussion que son père avait eu avec sa mère. Darnat ne le semblait pas non plus. Mais qui sait ce qu'il se passe dans la tête des enfants. Salya soupira. Elle devait trouvé une solution, l'avenir de son enfant en dépendait.
_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Revenir en haut
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Mar 26 Juil - 19:06 (2011)    Sujet du message: L'Avénement d'un Loup Répondre en citant

III Un quotidien scabreux


La vie du jeune Darnat avait changé le jour de ses huit ans. Ce changement était du à une seule et unique personne. Du moins... en apparence.

Huit ans. Son anniversaire fut... Des plus banal. Non, en fait. Il reçu un cadeau de ses parents. Ou plutôt de sa mère, son père avait cessé de se préoccuper de lui depuis des années. Le cadeau de sa mère, car il fallait le nommer ainsi, n'était pas un objet. Mais une personne.

Sa journée ne changea pas. Ce n'était que son anniversaire après tout, vingt-huitième jour du onzième mois. Il se leva à l'aube et assista à tous ses cours avec son "tuteur". Ses cours étaient le minimum. Ce que l'on offre à un noble de la basse noblesse. Presque une insulte, mais les bases pour un jeune homme. Par la suite, il allait prendre son repas directement avec les cuisiniers, préférant discuter avec les membres du service du manoir dans l'ambiance animée de la cuisine que manger auprès de son père qui passait son temps à congratuler Klayn.

Pendant quelques heures ensuite ses cours continuaient. Puis, il avait le reste de la journée pour lui qu'il passait à lire pour compenser la culture que ses cours ne lui inculquaient pas.

Mais plus maintenant. Un mot de sa mère lui avait demandé de la suivre dans Gilnéas jusqu'à un village construit à proximité. Devant le village, un homme attendait. Il devait faire dans les un mètre quatre-vingt pour cent-dix kilogrammes. Ses cheveux étaient roux et dégarnis sur le dessus, laissant voir l'intégralité d'un cache-œil sur son œil gauche. Il portait une épaisse moustache sous le nez.

« Bonjour, Sire Wain. » fit poliment Salya Sombrecoeur à l'homme en queston.

Wain s'inclina à la façon gilnéenne, bien qu'un peu rustre.

« B'jour, Lady. Alors c'lui vot' fils, Darnat me semble bien. »

Salya sourit avant de répondre.

« Je vois que votre mémoire ne vous fait pas défaut mon cher. C'est lui oui. »

« Bieng. Je m'occupe de lui à présent, vous en faîtes pas my Lady. » répondit-il.

Salya fit signe à son fils de le rejoindre tandis qu'elle disait à son cocher de faire demi-tour.

Darnat s'avança, simplement, vers le roux qui lui sourit avant de lui faire signe de le suivre. Ils s'avancèrent dans le village, sous la pluie. Ils voyaient les hommes en costume passer, les femmes dans leurs longues robes aller pour le marché. Rien de tout cela ne lui était familier lui qui avait passé son temps dans le manoir familial à lire et apprendre. Il regarda les architectures, les gens, les étals du marché... Au bout de plusieurs minutes ils finirent par arriver à côté d'une grande forge à l'écart du village. Derrière la forge se trouvait un enfant de trois ans qui s'amusaient avec différents objets sous la surveillance de ce qui devait être sa mère. Le roux passa embrasser ladite dame qui, à priori, semblait être sa femme. Il continua ensuite sa route jusqu'à un enclos de bois contenant divers objets d'entraînements à l'arme tel des mannequins, des petits espaces de duel, etc.

« Bieng. T'peux m'appeler Wain. Et moi j'peux t'appeler Darnat selon ta mère. M'a dit qu'ton père était un gland fini et que tu v'lais d'venir un gars, un vrai. L'style baraque qui va au front tout ça. J'bon ? » commença Wain, brisant le silence.

Le jeune Darnat, qui n'était alors pas très grand et était destiné à rester ainsi selon les « Spécialistes » de Gilnéas, réfléchit aux paroles du « grand monsieur moustachu ». Son père était sûrement un « gland fini », il déduit cela plus grâce au ton méprisant que prit l'homme sur ces mots que par connaissance de l'expression en elle-même. Quant au « devenir un gars, un vrai »... Oui, c'est ce qu'il voulait. Prouver à son père qu'il avait TORT.

« Oui, c'est ça. » répondit-il, enfin en regardant Wain sourire.

Wain lui avait ensuite expliquer le maniement de toutes les armes. Sa vie, pendant près de quinze ans, se résuma simplement : travail.

Darnat se levait même avant l'aube pour s'entraîner, seul, dans le champ d'entraînement. Il allait ensuite dès le soleil levé à ses cours sur différents sujets tel que l'art ou la musique. Jamais on ne lui enseigna le combat, les bonnes manières ou toute chose susceptible de servir à un noble ou à un guerrier. Juste à... On ne savait pas vraiment quoi. Il allait toujours prendre son repas du midi puis à la fin de ses cours pour quelques heures. Il allait ensuite jusqu'à la forge de Wain pour reprendre ses entraînements. Ensuite, très tard le soir - il mangeait avec la famille à Wain, il rentrait au manoir pour lire et se cultiver jusque tard le soir. Ses nuits étaient courtes voire nuls. Le seul changement fut aux alentours de ses treize ans. Wain avait décidé d'entraîner aussi son fils adoptif, Darnat avait appris que Wain avait épousé sa femme après la naissance de l'enfant. Ce jour resta gravé dans sa mémoire comme le début d'une grand amitié.

Darnat regarda Wain apprendre tout ce qu'il lui avait appris à lui. Il se tourna ensuite vers Darnat.

« Hé Darnat. Tu t'occupes d'lui s'te plaît ? J'dois aller en ville. »

Darnat hocha la tête en toute réponse et se plaça au milieu du terrain, faisant tourner l'épée dans sa main. Il sentit quelqu'un courir derrière lui et il se retourna d'un geste vif pour parer le coup que lui envoya l'enfant. Il le renvoya en arrière d'un geste en souriant.

« Trop bruyant. Tu devrais tenir ton épée plus droite. Prends une garde haute pour l'instant, elle est plus facile à maîtriser que les autres. » lui fit-il en mimant la garde haute.

Le jeune garçon hocha la tête et obéit. L'exercice continua plusieurs heures, même après le retour de Wain qui les regardait de loin, un sourire stupide aux lèvres.

Alors que le soleil était déjà couché, Darnat, qui était bien plus grand que les statistiques qu'avaient faits les spécialistes de Gilnéas, se plaça à genoux face au gamin en lui posant la main sur l'épaule.

Le gamin avait des cheveux noirs de jais attachés à l'arrière du crâne. Des yeux marrons. Des traits durs. En le regardant dans les yeux, il avait l'impression de regarder son oncle Walace qu'il n'avait eu l'occasion de ne voir qu'une fois.

« Toi et moi nous sommes dans la même galère » fit simplement Darnat en désignant Wain, qui était à la porte de sa maison à les regarde, d'un geste du menton. « On va devoir l'endurer lors des entraînements. On va se voir chaque jour pendant les années à venir. On commence les présentations. Darnat Sombrecoeur, et toi ? »

Le gamin regarda Darnat en ouvrant la bouche, étonné. Les Sombrecoeurs étaient connus de tous.

« Je... m'appelle Varn. Varn Lyarh. »
_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Revenir en haut
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Ven 29 Juil - 17:14 (2011)    Sujet du message: L'Avénement d'un Loup Répondre en citant

IV Lady Melianne


A l'aube de ses dix-sept ans, Darnat Sombrecoeur fut convoqué à une réception par... son père. Chose assez étonnante en soit pour le jeune homme qui avait eu le temps de changer avec les années. Ses cheveux aussi noirs que les ailes d'un corbeau, les yeux d'un marron profond où flottait la lueur de l'intelligence et de la compassion. Le corps sculpté par les entraînements quotidiens et un quotidien des plus laborieux. Grand dans les deux mètres, une musculature développée toujours masquée sous des vêtements longs ou des armures.

Depuis quelques années ses soirées servaient plus à instruire Varn que lui même, mais il devait réserver sa soirée à son grand regret. La réception devait se dérouler dans les environs de huit heures du soir au manoir Sombrecoeur, il avait donc décidé qu'il ne ferait pas de leçon à Varn cette fois-ci pour y aller, mais il irait tout de même à son entraînement. Wain n'avait plus grand chose à lui apprendre certes, mais il avait appris à ne pas passer un jour sans s'entraîner. Aucun entraînement n'était négligeable à ses yeux. C'est donc plus ou moins exténué et couvert de sueur qu'il alla jusqu'au manoir. Il vit les gardes habituels et deux prétoriens à la porte. Il fit le tour pour aller directement dans ses quartiers pour enfiler quelque chose de plus adéquate. Il passa dans les couloirs en saluant les différents serviteurs et dames de chambre. Tous sans exception avait le droit à toutes les politesses dont il était capable et à un sourire à chaque fois. C'était la moindre des choses.

Une fois passé le seuil de sa chambre, il l'inspecta d'un seul regard. Le tout était simple pour un noble. Un lit, quelques rideaux, une armoire, des séries d'armes au mur et une table recouverte de livres étaient tout ce qui était visible dans la pièce. Il se dirigea vers l'armoire, rangeant la chaise sous la table en passant entre cette dernière et le bord du lit. Une fois ouverte, on remarquait qu'elle était pauvre en vêtement. Seulement deux tenues. Le strict nécessaire, parait-il. Il retira les quelques pièces d'armure qu'il portait avant de les jeter sur le lit. Puis il enfila rapidement la tenue avant de ressortir de la pièce. Il refit tout le couloir, à présent déserté par les serviteurs. Il regarda les différentes portes en soupirant, sachant déjà que les pièces seraient bientôt pleines de nobles libertins et autres hypocrites.

Il descendit les marches de l'escalier sculpté, main sur la rambarde. Le mur continuait à sa gauche jusqu'à l'angle de la maison. A gauche, le hall. A peine avait-il descendu trois marches qu'il grinça des dents. Le brouhaha de la foule dans le hall gonflait à chaque pas qu'il faisait dans l'escalier. Il arriva finalement en bas, mâchoire crispée, yeux tournés vers la foule dense. Ce n'était pas son monde. A sa gauche il voyait un noble si gros que son ventre semblait vouloir fuir la tunique qu'il portait. Un autre disposait de cheveux éclatant et bien coiffé, mais semblant très gras. Une femme discutait avec un homme, cambrée en avant et des formes mises en avant. L'homme à qui elle parlait semblait riche, rien d'étonnant. Darnat se corrigea. Il n'y aurait pas que des nobles comme libertins dans les chambres cette nuit.

Il commença à avancer, longeant la foule sur le côté. Ceux qui le voyaient haussaient des sourcils. Il ne l'avait jamais vu, eux, qui connaissaient tous les nobles et leurs enfants. Darnat avançait, droit, ne faisant aucun mouvement superflu, le port altier, la barbe taillée, l'air serein et strict à la fois... Il n'avait pas sa place parmi les nobles, et il le savait. Le peu qu'il avait vu lui donnait la nausée, et puis même s'il disposait d'une allure noble il ne se sentait pas du tout à sa place.

Finalement, il tomba nez à nez avec son frère qui discutait avec un gentilhomme - loin d'être le plus riche des hommes. Klayn semblait parler d'achats et de ventes. Mais à propos de quel matière, ça... Klayn finit par tourner la tête vers son frère. Ce dernier lui rendit le hochement de tête. La ressemblance entre Klayn et son père était frappante, presque effrayante. Tant qu'il ne parlait pas, Darnat se prenait à douter sur l'identité de son interlocuteur. Mais le regard dénué de haine et de mépris lui fit comprendre qu'il s'adressait bien à son ainé.

« Merci, Sir. » fit Klayn à l'homme à qui il parlait. « Si vous me le permettez, je dois m'entretenir avec le Sir ici présent qui se trouve être mon frère. »

L'homme hocha la tête et se tourna vers Darnat pour se présenter et, sûrement, entamé une discussion des plus longues avant d'être interrompu par le jeun homme qui fit un « Non » de la tête. L'homme fronça le nez, semblant vexé, et s'éloigna. Klayn haussa un sourcil en regardant son frère, amusé.

« Diplomatie mon frère, diplomatie » lui fit-il doucement, à mi-ton.

Darnat hocha la tête avant de rétorquer un « Gain de temps » rapide et vif. En réponse, Klayn lui posa la main sur l'épaule pour l'emmener à travers la foule jusqu'au buffet. Le cadet se demandait depuis quand son frère, qu'il appréciait bien sûr, était-il aussi expressif et fraternel. Cela cachait quelque chose, selon lui. Une fois au buffet, Darnat pu distinguer de nombreux personnes discutant, riant, flirtant... Rien de plus normal entre autre selon lui. Ils se placèrent entre deux femmes proches de la table. Darnat finit par se dire que son ainé voulait simplement discuter jusqu'à ce qu'il se tourne vers la femme à sa gauche.

Klayn inclina la tête vers elle, ce que fit aussi Darnat. La femme, néanmoins, ne réagit pas. Droite, froide et inquiétante, voilà les caractéristiques que lui accordait Darnat. Sa peau était pâle, ses cheveux noirs de jais. Elle les portaient serrés en un chignon complexe derrière sa tête. Ses yeux étaient d'un vert si sombre qu'il s'approchait du noir.

« My Lady. Un plaisir de vous revoir. » commença Klayn.

« Sir. » fit-elle sèchement. « Que me voulez-vous. »

Pour une raison étrange, Darnat ne l'aimait déjà pas. Il avait été élevé pour rester courtois sans paraître froid. La froideur était signe d'un manque de contrôle certain.

« Je voulais simplement vous saluer, et vous présentez mon frère cadet, Darnat Sombrecoeur. » répondit Klayn, sans une once de colère dans la voix.

Au vu de l'expression qu'elle prit, Darnat fut satisfait de voir que le mot « cadet » la répugnait. Elle était plutôt du genre à être mariée à de riches héritiers... Enfin, mariée.

« Un plaisir. » fit-elle, si peu convaincu que cela se sentait.

« Plaisir partagé, my Lady. J'espère que notre relation sera fructueuse et totalement amicale. » tenta le cadet.

« Je ne pense pas, non. » fut la seule réponse qu'il perçut avant d'entendre quelqu'un l'appeler.

Il tourna la tête pour voir, avec beaucoup d'étonnement, son père l'appeler. Il salua la dame d'un signe de tête avant de passer à travers la foule pour rejoindre son père qui le fit entrer dans l'un des salons du manoir. Il attendit que son père parle, ce qui ne prit pas beaucoup de temps. Il était réputé pour tailler dans le vif du sujet.

« J'ai quelque chose à vous annoncer. »

Le fils cadet tiqua intérieurement au « vous » sans pour autant être très étonné.

« Une fiancée vous a été trouvée. Votre mariage est prévu pour le mois prochain. » furent les mots de Victor.

Darnat écarquilla les yeux. Un mariage ? Son frère avait pourtant choisi lui-même sa femme. Cela ne lui paraissait PAS normal.

« Mais, père... » tenta le fils hébété.

« Pas de mais. » coupa le Seigneur. « Elle se nomme Mélianne. Et bientôt, ce sera Mélianne Sombrecoeur. Elle est la fille de l'un des barons du nord, cela offrira de grandes possibilités à notre famille. »

Darnat grogna et reçut une gifle en retour. Tous ses nerfs furent mis à vif sous la violence du coup. Son instinct lui dictait de répliquer et seul un effort surhumain lui permis de résister à cette pulsion. Au même moment, la porte opposée s'ouvrit pour laisser entrer une personne. Avant même que Darnat ne puisse tourner la tête il entendit son père parler.

« Lady Mélianne, vous voilà. Vous tombez bien. Il me semble que vous connaissez déjà mon fils cadet, Darnat. »

« J'en ai eu l'occasion. Il y a quelques minutes après. »

Le concerné tourna la tête vers ladite femme et un « Oh non » résonna dans sa tête. Soudain, il comprit le petit jeu soi-disant fraternel de son frère. « Raclure » se dit-il. Puis le « Oh non » se répéta dans sa tête quand il vit le sourire qui apparu sur son visage.

« Bonsoir, mon très cher. »
_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Revenir en haut
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Mar 16 Aoû - 03:13 (2011)    Sujet du message: L'Avénement d'un Loup Répondre en citant

V L'Adoubement du Loup


Les regards. Ce fut parmi les premières choses qui choquèrent Darnat. L'appel de son grand-père était simple : Il devait venir avec ceux qu'il pensait digne pour rejoindre ce qu'il nommait « L'Ordre du Loup Noir ». Il n'avait pas encore compris de quoi il s'agissait. Il savait juste que Varn était à côté de lui. Respectivement âgé de 23 et 17 ans, ils avançaient à travers la cité des Sombrecoeurs de Lordaeron. Wolf-heim.

Les regards. Ils étaient deux géants à l'accent gilnéen, engoncés dans des armures de plaques frappés des symboles de Gilnéas, et des Sombrecoeurs pour Darnat. Les regards étaient haineux, à la limite de la pulsion meurtrière, voire du sadisme. Il comprenait à grande peine la haine que ces « cousins » leur vouaient. Il tourna la tête vers Varn qui haussa les épaules en marmonnant un « Qu'ils aillent au Néant. »

Ils avaient pénétré les murailles de la ville par la porte Nord-ouest, aussi nommée « Porte du Griffon d'Ebène » selon les plans de la cité. Tout cela était très loin de ce qu'ils connaissaient. Les deux gilnéens regardaient les murs de pierre blanche typiquement humain, mais non gilnéen, qui entouraient l'enceinte. Les deux amis d'enfance avaient avancé sur « l'Avenue de la Conscription » en regardant les maisons Lordaeronnaises de par et d'autres de l'avenue, leurs yeux s'arrêtant sur la Caserne et sa Grande tour où on pouvait déjà entendre, à l'aube, les sergents-instructeurs hurler sur leurs pauvres recrues. Ils continuèrent jusqu'à la place du Marché, s'arrêtant un instant pour regarder respectueusement l'Eglise de la ville. Elle ne valait pas la Cathédrale de Gilnéas City, certes, mais chaque monument dédié à la Sainte Lumière méritait le respect.

Arrêtés au milieu de cette énorme ville, ils sentaient les regards mauvais qui pleuvaient sur eux. Mauvais, oui. Mais aussi de crainte. L'ainé du duo atteignait les deux mètres tandis que l'autre s'était arrêté au deux mètres dix. Quel villageois normal oserait défier deux géants en armure ? Ils n'en savaient rien, mais leurs lames restaient à portée sous leur capes de voyage.

Ils reprirent ensuite leur marche à travers le dédale de rue, passant tour à tour dans l'avenue du commerce et dans les quartiers d'habitations, jusqu'à arriver, enfin, au pied de la Citadelle de la cité. Les deux compères restèrent figés devant, éblouis par la stature du bâtiment et le prestige qui s'en dégageait. Darnat n'avait jamais rien vu de tel à Gilnéas. Pourtant, pensa-t-il en souriant, les combattants sombrecoeurs gilnéens sont bien plus compétents que les lordaeronnais.

Ils s'avancèrent jusqu'aux portes où deux Prétoriens leur barrèrent la route. Ils laissèrent passer le duo quand ils reconnurent les traits typiquement Sombrecoeur sur le visage de Darnat, ainsi que le ton calme et l'accent gilnéen. Une fois dedans, ils apparurent dans un énorme vestibule. Les murs étaient fais dans un marbre gris, le tout surmonté d'épaisses tapisseries où des inscriptions, des symboles, des armoiries, voire des portraits, étaient gravés. Varn baissa les yeux sur ses pieds, étonné de ne pas entendre le bruit des pas sur le marbre, pour voir un long tapis en soie noire, dont les bords sont finement ouvragés dans des fils d'argent et d'or. Varn aurait même juré voir une pierre précieuse à la jonction de deux fils. Les fils de Gilnéas avancèrent sur ce tapis pendant un instant où la notion du temps semblait altérée, comme si la majesté de ces murs et le poids des millénaires investissaient leurs sens. Dans les coins, des Prétoriens et d'autres nobles en tenues sombres passaient, certains les saluant. Certains.

Ils arrivèrent ensuite devant les énormes portes gardant la salle où se trouvait le trône de Mephisto Sombrecoeur, Seigneur des deux maisons. De nombreux hommes et femmes s'y trouvaient. Eux-mêmes attendirent dans un coin, réajustant les épaisses capes en fourrure sur leurs épaules et vérifiant leurs armes. Ils virent des personnes âgées, d'âges moyens, jeunes... Tous étaient là. Ils reconnurent quelques têtes gilnéennes qui se présentèrent à eux en souriant, échangeant quelques mots avec eux, notamment leurs impressions sur la ville et les ressentis qu'ils partageaient tous sur la haine des Lordaeronnais à leur égard. La tension pesait dans la ville avec l'arrivée de tous ces représentants Sombrecoeurs. Les Gilnéens étaient haïs, certes, mais les plus haïs restaient les rares représentants des Sombrecoeurs de Stromgarde. Ils étaient de ceux qui avaient ouvertement crachés sur Antoine Sombrecoeur à l'époque de la grande scission. Les descendants d'Antoine étaient... Rancuniers, dirons nous.

Enfin les portes s'ouvrirent. Les discussions dans le grand Hall cessèrent pour laisser place à un silence religieux tandis que le Ô grand Seigneur Mephisto Sombrecoeur apparaissait dans l'embrassure de la porte, accompagné à sa droite de son fidèle ami Luthor Sombrecoeur, et à sa gauche de ses fils Wallace et Victor Sombrecoeur. Darnat le regardait avec respect mais aussi inquiétude. Malgré le fait qu'il semblait toujours digne, fort et robuste, le petit-fils voyait très bien que le grand homme qui se présentait face à eux était à présent l'ombre de ce qu'il fut autrefois. D'épaisses rides étaient visibles sur son visage, tant sur son front que sur ses joues, les énormes cernes sous ses yeux et le léger affaissement d'épaules que ne pouvaient remarquer que ceux qui le connaissaient bien témoignaient de sa fatigue. Il était presque centenaire et avait eu une belle vie remplie de gloire. Mais, actuellement, Darnat savait que l'étincelle de vie en lui s'amincissait à chaque minute. C'est pourtant avec une voix puissante, imposant le respect de par sa force et sa sagesse, sans aucun tremblements qu'il s'adressa à eux.

« Mes enfants. Vous tous, ici, êtes des personnes détenant une haute destinée. Certains d'entre vous sont des descendants des grands Sombrecoeurs d'antan. D'autres, plus humbles, sont des personnes d'exceptions combattant à nos côtés depuis quelques temps, selon votre sang. Enfin venons en au fait. Suivez moi. »

Un sourire chaleureux passa sur son visage si jeune et vigoureux, mais en même temps si vieux et faible. Il se retourna, sa cape le suivant derrière lui tandis qu'il s'avançait jusqu'au grand trône argenté drapé de symboles Sombrecoeurs divers, les accoudoirs étant deux têtes de loups sculptés dont les yeux étaient de magnifiques rubis. Tous les gens du hall le suivirent. Darnat et Varn suivirent le convoi, et un homme passa entre eux en les bousculant fortement dans un ricanement. Varn, sanguin de nature, lui attrapa aussitôt l'épaule pour le retourner.

« Ne me touches pas, racaille Gilnéenne » tonna le malandrin.

Varn grogna un peu plus. Darnat se retint à temps, il le reconnaissait. Son très cher et Ô bien aimé cousin.

Volkmar Sombrecoeur. Il était grand, comme lui. Ses cheveux noirs de jais tombaient en cascade sur ses épaules, ses yeux marrons semblaient presque noir. Ses traits étaient hautains, presque grossiers en quelque sorte, accentués par le rictus de mépris et de moquerie qu'il portait. Ses lèvres étaient pincés en un sourire venimeux, il semblait qu'une langue de serpent allait en sortir en sifflant tant la ressemblance était frappante.

« C'est pourtant la racaille qui te tient entre ses griffes, crétin. » lâcha Varn comme s'il crachait sur quelqu'un en retirant son étreinte sur l'épaule de l'intéressé.

« J'en doute. Les Gilnéens ne sont que soumis à nous autres, Lordaeronnais. Ne l'oubliez pas, cela pourrait vous sauver la vie quand je serais Seigneur, enfants de putains. » fit Volkmar dans un soupir.

Darnat attrapa l'épaule de Varn alors même qu'il armait son poing pour un crochet bien ajusté, intensifiant le sourire venimeux de Volkmar.

« Nous en reparlerons en temps voulu dans ce cas, "Volkmar" » commença Darnat. L'utilisation de son prénom fit plisser les yeux à Volkmar tandis que le gilnéen continuait. « En attendant tu n'es qu'un pitre parmi les autres. Les pitres peuvent mourir comme tous les autres. Le savais-tu ? »

Volkmar ouvrit la bouche pour répliquer quand un « VOLKMAR » tonitruant frappa l'air, venant de la bouche du Maître d'arme de la Maison Lordaeronnaise, Luthor Sombrecoeur. Darnat put voir les yeux mauvais de Luthor se poser sur lui. Nul doute qu'il ne savait pas qui il était, et s'en fichait sûrement, mais il décelait la même haine que chez les autres Lordaeronnais dans ce regard. Quoi que plus... Froide. Cela en devenait presque morbide. Mais le rappel à l'ordre avait eu l'effet escompter. Et Volkmar partit en lâchant un dernier sourire provocateur à Varn qui serra un peu plus les poings. Les Gilnéens reprirent leur avance parmi la foule, à présent entre la toute petite délégation de Stromgarde. En fait ils étaient deux. Dont un de sang selon Darnat. Ceux là n'avaient aucune haine dans leur regard. Ils étaient même chalereux.

« Fichus Lordaeronnais hein. Depuis toujours ils se pensent supérieurs. » fit le Sombrecoeur de sang en souriant à Darnat. « Je me présente, William Sombrecoeur. A qui ai-je l'honneur, Gilnéen ? »

Le ton sans aucun sous-entendu mauvais ou néfaste calma Varn et décrocha un sourire à Darnat qui répondit, sur le même ton.

« Darnat Sombrecoeur, pour ma part. Et lui mon meilleur ami, Varn Lyarh. On remarque la bêtise Lordaeronnaise depuis quelques jours déjà oui. Navrant n'est-il pas. »

William hocha la tête. Il devait faire dans les un mètre quatre vingt selon Darnat. Ses cheveux, à lui ausi étaient bruns mais, contrairement à Darnat qui les gardait libres, attachés sur sa nuque. Une barbe bien taillé restant autour de la bouche, laissant quelques espaces sous les lèvres, était visible. Son nez était fin, très fin. Ses yeux étaient d'un bleu profond qui devait envoûté et faire tourner la tête à de nombreuses jeunes filles. L'homme à ses côtés faisait une demi-tête de moins que le Sombrecoeur de Gilnéas. Ses cheveux, d'une couleur à mi-chemin entre un noir profond et un marron foncé, étaient en bataille. La seule touche d'ordre dans ses cheveux étaient deux épaisses tresses guerrières qui dépassaient de chaque côté sur les épaules. Ses yeux à lui étaient du même vert que les agates mousses, le reste des traits étaient bien sûr beaucoup plus durs que les rebords desdites agates. Il gardait une expression neutre. Mais une chose était sûr : Il était amical.

« Que suis-je bête. » fit William. « Voici Edric Vyarn. Mon garde si l'on veut, il est le descendant de l'un des anciens soldats du clan qui faisait partis de la Garde noire d'Arathor. »

La discussion fut ensuite interrompu juste après les « Enchantés. » et les « De même. ». Toutes les personnes de la salle étaient placées devant Mephisto. Selon Darnat, ils devaient être une centaine. Peut-être deux. Une petite armée. Rien de bien exceptionnelle, mais assez pour faire trembler des villages entiers.

« Mes enfants. Fils de Lordaeron, de Gilnéas et de Stromgarde » commença-t-il alors que des regards haineux venant des Lordaeronnais partaient vers les représentants des deux dernières nations citées. « Vous êtes ici dans un but de paix et d'unification des nôtres, et non pour la guerre. Vous êtes ici car vous avez tous démontré, d'une façon ou d'une autre, que vous étiez de puissants combattants et de brave représentants de la race humaine, naine ou même elfique. »

Darnat fronça les sourcils, il n'avait pas remarqué qu'il y avait effectivement quelques nains et elfes dans la salle. Aucun gnome, bizarrement. Il reporta son regard vers son grand-père et les quatre personnes qui l'entouraient. Il voyait son père le regarder, une lueur mauvaise dans l'œil. Il réprima un frisson de dégoût en focalisant son attention sur le Seigneur suprême.

« ... Vous avez été désigné pour former le prochain poing armé du Clan Sombrecoeur. Oui, le Clan est définitivement reformé et gardera son nom au moins jusqu'à ce que nos Royaumes retrouvent paix et prospérité. Vous serez les fiers membres de la Fraternité du Loup Noir. Les Chevaliers du Loup Noir. L'Elite du Clan Sombrecoeur ! »

De nombreuses personnes applaudirent dans la salle. Certains, plus tendus que les autres, se retinrent, attendant une possible suite. Darnat et Varn applaudissaient, eux, par respect pour l'orateur. A côté d'eux, William applaudissait, un grand sourire aux lèvres, semblant boire les paroles de l'ancien.

« Est appelé à être anoblis pour former les dirigeants du Loup Noir : Luthor Sombrecoeur, qui formera tous les Chevaliers du Loups Noir qui rejoindront l'ordre par la suite. Le Chevalier-Champion Darnat Sombrecoeur, qui dirigera la Fraternité. Le Chevalier-Capitaine Andar Sombrecoeur pour le seconder dans sa tâche. Les Chevaliers-Lieutenants Varn Lyarh et William Sombrecoeur. »

Le tout était juste. Deux Gilnéens, deux Lordaeronnais et un Stromgardien. Darnat reste neutre extérieurement en entendant son nom, mais son cœur rata un battement dans sa poitrine. Il s'attendait à tout... Sauf à ça.
_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:47 (2017)    Sujet du message: L'Avénement d'un Loup

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Clan Sombrecoeur Index du Forum -> Camp de base (RP) -> Archives sombrecoeur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com