Clan Sombrecoeur Index du Forum
 
 
 
Clan Sombrecoeur Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Souvenirs de Lucius Vaanes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Clan Sombrecoeur Index du Forum -> Camp de base (RP) -> Archives sombrecoeur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lucius Vaanes


Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2011
Messages: 1 177
Race: Worgen
Guerrier
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Jeu 7 Avr - 22:41 (2011)    Sujet du message: Souvenirs de Lucius Vaanes Répondre en citant

Un homme portant l’armure du clan Sombrecoeur parcourait la muraille du donjon de Fenris, grand et robuste, de l’armement dispersé sur son amure et des annotations agressives ou vulgaires sur les parties qui n’étaient pas encombrées par des armes, le genre de type qu’on préfère avoir en tant qu’allié plutôt qu’ennemi. Cet homme, c’était Lucius Vaanes, et il se souvenait.

Il se souvenait de sa naissance dans une petite ferme d’une bourgade sur les terres du seigneur Crowley, de sa mère, une belle brune qui s’occupait de la demeure familiale et de son père, un ancien soldat ayant pris sa retraite suite à une mauvaise blessure à la jambe.

Il se souvenait du dur travail à la ferme pendant que son frère suivait les cours dans Gilnéas, des heures passées dans le champ à retourner la terre, il se souvenait de la beauté du paysage, de ses amis dans le village et des conversations des soldats a propos de divers combats qui le fascinait.

Il se souvenait du jour ou il avait quitté la ferme pour se présenter au recruteur de la milice de Crowley, des longues heures d’entraînement, des combats contre les brigands, de sa promotion, de son unité, de ses nouveaux amis.

Il se souvenait des permissions dans les tavernes, des échauffourées avec les gars de l’armée régulière de Gilnéas et de ce « p’tit fils de pute de Vivar », un capitaine de l’armée régulière qu’il n’aimait pas et qui ne l’aimait pas.

Il se souvenait du moment ou il avait cassé le nez du capitaine Vivar suite à une nouvelle provocation dans les rues, il se souvenait de la protestation contre la construction du mur, de sa bourgade qui ne se trouvait pas du bon côté du mur.

Il se souvenait du plan de Crowley, de la bataille devant le mur, de son échec et de sa fuite dans la forêt noire pour échapper aux autorités.

Il se souvenait des araignées géantes, des racines et des insectes qu’il mangeait, des flaques d’eau dans lesquelles il s’abreuvait, des maladies contre lesquelles il avait lutté pendant ces quatre mois de cavale.

Il se souvenait du jour où on l’avait finalement retrouvé, dénoncé par les habitants de Val-Tempête, il se souvenait du sourire ahuri du capitaine Vivar qui avait insisté pour assister à son arrestation.

Il se souvenait de son long internement...

La prison de Gilnéas n’a jamais été un lieu accueillant et on peut dire que Lucius en avait bavé pendant ses dix années d’internement. Lors de son arrivé il avait été jeté dans le bloc E et on lui avait tatoué cette lettre suivie d’un long numéro dans sa nuque. Le bloc E... il avait été spécialement attribué aux soldats de Crowley et les gardes de la prison s’appliquaient méthodiquement à bien leur faire sentir qu’ils avaient perdus. La nourriture y était infecte, l’eau y était rare, les seules choses courantes ici étaient les coups de matraques et les maladies. Son unité était elle aussi dispersée dans ce bloc.

Lucius passait rapidement en revue les coups les plus sévères qu’il avait pris pendant cette période...
La réclamation de sortie dans la cour pour le bloc E qui lui avait valu une bonne dizaine de coups de matraque de la part de deux gardien, dans le ventre et le dos.
Les nombreuses tentatives de soutien à ses amis qui étaient punis de quelques coups dans le ventre.
Les insultes aux gardiens qui valaient le même châtiment.
Le jour ou il avait craché sur le directeur de la prison aussi, il sourit en y repensant, c’était une belle action même s’il avait mit deux mois à se remettre de la fracture du genoux que lui avait causé les coups des matons.
Mais surtout le jour ou il avait perdu son œil. Quel jour était-ce déjà ? Mardi ? Mercredi peut être ? Il avait perdu le compte des jours dans cette maudite prison. Lors du rassemblement du bloc E dans la cantine les gardiens avaient décidé de les priver de nourriture. Ils ne s’étaient pas laisser faire, l’émeute avait explosée. Les gars de Crowley ne se laissaient pas marcher sur les pieds, encore moins ceux de Lucius, et surtout pas contre des réguliers. Lucius s’en souvenait bien, il avait réussi a prendre la matraque d’un gardien après l’avoir frappé d’un coup de chaise. A ce moment là les gardiens avaient déjà envahie la salle pour mettre court à l’émeute. Lucius sourit en se remémorant des trois gardiens qu’il avait copieusement matraqués avant qu’un autre gardien ne sorte son couteau pour lui faire une balafre aux alentours de l’œil droit. La lame avait percée la cornée, donnant un aspect blanc laiteux à l’œil de Lucius et le privant d’une partie de sa vision. Après quelques minutes de combats supplémentaires, l’émeute était étouffée.
Il s’était réveillé dans l’infirmerie quelques mois plus tard et avait été convoqué. La première personne qu’il avait reconnu c’était ce connard de Vivar qui avait le sourire aux lèvres. Lui, il était encore dans les vapes et ne comprenait pas bien ce qu’on disait. Ses pensées redevinrent claires quand il entendit le mot « exécution », Vivar avait insisté, ce chien venait de le condamner à la pendaison. Et c’était pour dans deux semaines.
On l’avait jeté une nouvelle fois dans sa cellule, on l’avait condamné à mort, on voulait le tuer, mais lui, il ne voulait PAS mourir. Alors Lucius avait récupéré une petite pierre et l’avait frotté contre le mur de sa cellule, sans relâche, se privant de sommeil quelques fois, frottant encore et encore jusqu'à ce que la pierre en devienne tranchante. Ils voulaient l’exécuter ? Et bien ils devraient mériter son sang !

Et le jour de son exécution était venu, il ne se rappelait plus depuis combien de temps il était ici, cinq ans ? Peut être dix, ou même vingt. Bien trop longtemps pour lui. Il avait caché sa pierre, il attendait, il était préparé. Les bruits de pas s’intensifièrent, rapides à son goût, trop rapide. On entendait un bruit infernal au dehors, des hurlements de loups, des cris d’hommes, des ordres criés... et des cris de paniques. Les gardes arrivèrent, en courant, trousseau de clé en main, ils ouvrirent les portes de tout le bloc E. Et les gars de Crowley était de nouveau dans la course, le seigneur prit quelques hommes avec lui pour aller libérer le reste de la prison mais Lucius était parti avec ses hommes dehors, au milieu des worgens et de ce merdier sans nom.

Ce jour là, tous les Gilnéens l’avaient vécu, mais pour Lucius et ses petits gars, c’était un petit peu différent, il avait un petit différent à régler, avec ce connard de Vivar. Il l’avait coincé dans une allée de Gilnéas, seul, il venait de descendre deux worgens. Mais Lucius n’allait pas lui laisser le temps de se reposer. Il était arrivé derrière le capitaine Vivar, lui avait mit la main sur la bouche et avait planté un couteau de combat qu’il avait récupéré dans le dos du capitaine, puis il avait frappé une autre fois, et encore une fois, et encore une fois. Il avait finalement retiré sa main qui tenait close la bouche du capitaine et lui avait murmuré un « Mes salutations de la prison, p’tit fils de pute ». Il avait finalement laissé le capitaine agonisé dans cette ruelle et y mourir et était remonté vers le mur, pour aller au front, avec ses gars.

Il avait vécu les mois suivant dans le front de libération de Gilnéas, avec ses gars, sa troupe, ses amis. Il avait marché dans les ruines de sa bourgade, saccagée par ces porcs réprouvés. Il avait mené des sabotages sur les postes réprouvés, toujours plus fort, toujours plus loin. Il avait traqué des nécrotraqueurs, exécuté des exécuteurs... et il aimait ça.

C’était lors d’une nuit banale que le sabotage avait mal tourné. Ils voulaient faire un grand coup, un gros coup ! Ils savaient que la pute noire avait fait le déplacement jusqu’au poste de commandement réprouvé, près de Tirisfal, et ils comptaient bien mettre un terme à sa vie. Il était là avec tout sa bande, son unité, ses amis qu’il connaissait depuis une petite vingtaine d’année. Et ils étaient si proches du poste de commandement. Il la voyait... Sylvanas, celle qui avait causée tant de morts, celle dont la mort l’obsédait. Et Milus, un ami de grande date également et une fine gâchette la voyait aussi, dans le viseur de son arbalète, il avait le doigt sur la détente, ils y étaient presque... Mais ce ne fut l’arbalète de Milus la plus rapide. Une patrouille réprouvée leur était tombée dessus et le crâne de l’as de la gâchette fut transpercé par une énorme flèche. Très vite c’était tout le poste de commandement qui était en alerte, abominations et autres joyeuseté, il les vit tous périrent, le toubib, les frères durs à cuire, la mage, le pisteur. Tous, absolument tous. Mais lui, il ne voulait toujours pas mourir. Il courait, il courait plus vite qu’il ne l’avait jamais, il avait jeté l’équipement inutile qui l’alourdissait, il s’était jeté dans une pente et avait attendu là que les choses se calment. Après quelques heures il avait été attiré par la forme du fort de Fenris et s’était débrouillé pour se trouver une planche et dériver jusqu'à Fenris.

Lucius releva la tête depuis la muraille de Fenris pour regarder au loin, il avait fini de se souvenir, il regardait les villages réprouvés, ils allaient tous brûler, tous sans exception. Et ce serait lui qui y mettra le feu.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 7 Avr - 22:41 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lucius Vaanes


Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2011
Messages: 1 177
Race: Worgen
Guerrier
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Jeu 21 Juil - 11:28 (2011)    Sujet du message: Souvenirs de Lucius Vaanes Répondre en citant

Le juge lissa sa robe dans le tribunal de Gilnéas avant de replacer son monocle devant ses yeux aux énormes cernes, cela devait déjà bien faire trois jours que l'on jugeait un à un les soldats du seigneur Darius Crowley après la bataille du mur de Gilnéas. Aujourd'hui, dix-huit heures tapante seizième jour du premier mois de l'an vingt et un, c'était au tour d'un autre soldat de paraître devant la justice.
"J'appelle le sergent Lucius Vaanes de Bois-du-bûcher."
La voix du juge résonna dans le tribunal pratiquement déserté, la plupart des civils étaient parti au bout du deuxième jour de jugement, lassé par les affaires similaires. L'homme se leva de son banc et avança vers la chaise de bois placée devant le juge, "Pac, pac, pac", chaque pas de Lucius résonnait dans la grande salle vide, il vint s'asseoir sur la petite chaise et leva la tête vers le juge, celui-ci remit ses papiers en place, le silence du tribunal uniquement troublé par la pluie fouettant les carreaux.
"Gilnéas contre Lucius Vaanes, la personne ci présente est accusée de rébellion pour avoir participé à la bataille du mur de Gilnéas sous les ordres du traître Crowley. Cependant l'accusé a des antécédents qui n'ont pas encore été jugés et vont l'être en ce jour. L'accusé Lucius Vaanes est coupable d'ivresse sur la voie publique, de contrebande, de vol, d'agression, de meurtres et de banditisme.
Le juge déposa son dossier en réajustant son monocle pour regarder l'accusé.
"L'accusé a-t-il quelque chose à ajouter ?"
Lucius laissa un petit sourire se développer sur son visage fourbe.
"Ouais, t'as oublié les enlèvements mon pote."
Le juge commença à hausser le ton, derrière Lucius, sur les bancs, ses camarades ricanaient et les deux trois civils ne relevèrent même pas la phrase, trop occupé à somnoler sur place. Lui, il s'en tapait, il se remémorait.

Ce devait être l'an dix-huit, Lucius ne se remémorait plus vraiment à présent, a vrai dire il n'avait jamais eu de cours d'histoire et ne savait même pas lire ou compter à l'époque, trouver de l'argent pour pouvoir manger était plus important que la date à ce moment là aussi. Les taxes écrasaient sa famille, la petite ferme au sol peu cultivable ne suffisait même pas pour nourrir un seul des membres de la famille. Son frère, Léonid, était parti depuis des années déjà dans l'armée régulière de Gilnéas et plus personne ne l'avait vu remettre le pied au domaine familial. Et quand bien même la récolte donnait quelque chose ils se voyaient forcer à vendre le tout pour payer les taxes de l'alliance, les taxes de Crowley et les taxes de la construction du mur. Ses parents n'ayant plus l'argent suffisant pour faire vivre Lucius, ils se résolurent à précipiter son départ hors de la maison. Oui, il avait trouvé un travail de garde dans la milice de Crowley, mais il ne gagnait même pas de quoi manger tous les jours.
Il avait fini par être recueilli par une bande de brigands dans les campagnes gilnéennes, il était petit à petit devenu comme eux, un bandit sans visage, sans nom, sans identité. Les coups de la bande sur le royaume fusaient tout comme les pièces qu'ils amassaient. Ils avaient tout fait, vol, assassinat, enlèvement, et bien d'autre. Ce soir, ils allaient attaquer une diligence transportant l'héritière d'une famille bourgeoise.
Lucius était assis à la table du repaire, chargeant la poudre dans sa pistole et plaçant cartouche par cartouche les munitions de la carabine gilnéenne qu'il avait récupéré à la caserne dans le chargeur de l'arme. Il attrapa un des chapeaux du repaire et la vissa sur sa tête avant de s'attacher un bandana pour couvrir bouche et nez, il regarda ses quatre comparses et hocha la tête avant de franchir la porte de la cabane pour retrouver sa monture. Il se hissa sur le robuste cheval brun et talonna l'animal pour partir au galop sur la route.
Les cinq chevaux faisaient un bruit monstrueux en cognant les pavés et les flaques d'eau. La bande pouvait enfin voir l'arrière de la diligence sur le chemin entre val-tempête et le manoir de grisetête, ils accélérèrent un bon coup pour arriver à côté de la dite diligence, le conducteur prit peur et commença à frapper frénétiquement les chevaux pendant que le milicien à côté de lui dégainait sa carabine. Il n'en fallut pas plus à Lucius pour tirer sur l'homme qui tomba mort sur les genoux du cocher affolé. Très vite l'escorte de la diligence rattrapa les bandits, quatre hommes armés sur leurs chevaux. Le chef de la bande tourna la tête vers Lucius pour lui hurler quelques mots.

"Gamin, occupe toi de la diligence, on va "discuter" avec l'escorte !"
La pluie battait autour d'eux et il était difficile de bien entendre mais Lucius saisit la phrase lorsqu'il pu voir le reste de son groupe ralentir pour échanger des coups de feu avec l'escorte. Pendant ce temps là Lucius talonnait son cheval pour rester à hauteur de la diligence, il se plaça sur son cheval, accroupi, et sauta sur la diligence qui roulait à vive allure. Il s'accrocha au rebord de la banquette du cocher pour ne pas tomber pendant que celui-ci frappait les doigts de Lucius avec sa main qui ne tenait pas les les chevaux. Lucius finit par se hisser sur la diligence en grognant et attrapa le col du cocher pour le jeter sur les pavés, par dessus la diligence en marche. Il tira un coup sec sur les liens des chevaux pour faire arrêter la véhicule.
Lucius sauta de la diligence pour ouvrir la porte du compartiment intérieur, tombant nez à nez avec une femme de dix-neuf ans et un homme qui devait en avoir dans les vingts, il commença à parler rapidement, mangeant ses mots sous l'effet de la panique.

" Sir, je suis certains qu'on pourrait s'arranger, de l'argent peut être ? Dites, j'ai une famille très riche vous savez.
Lucius soupira un grand coup en levant sa pistole vers l'homme pour lui tirer dans la poitrine, le jeune homme retomba sur la banquette, sang aux lèvres, il attrapa la femme par le bras et la plaça sur son épaule, en sac à patates, elle se mit a tambouriner son dos sans s'arrêter de parler. Lucius déposa la femme sur son cheval en ligotant ses pieds et ses mains.
"Tu ferais mieux de vite fermer ta gueule avant de souffrir d'un grave cas de "Quelqu'un vient de me tirer dans la tête."
Et la femme n'en finissait pas de parler, Lucius attrapa un morceau de chiffon et la bâillonna avec, profitant du silence pour rejoindre son groupe.

Lucius sorti de sa torpeur au son des coups de marteaux sur le bureau du juge.
"L'accusé Lucius Vaanes si présent est reconnu coupable de tout ses méfaits et condamné à l'internement à vie, la première dérive sera sanctionnée de la peine de mort, veuillez conduire le coupable à la prison.
Les gardes s'avancèrent et saisirent Lucius pour le trainer hors du tribunal sous les yeux des autres accusés.


Revenir en haut
Lucius Vaanes


Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2011
Messages: 1 177
Race: Worgen
Guerrier
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Mer 27 Juil - 11:07 (2011)    Sujet du message: Souvenirs de Lucius Vaanes Répondre en citant

Le choc de la rencontre était horrible, la ligne réprouvée et la ligne sombrecoeur venait de se rencontrer dans un fracas d'épées contre épées, de boucliers contre boucliers, les étincelles de l'acier frappant l'acier illuminaient la nuit.

Lucius lança un regard à la ferme que les sombrecoeurs défendaient, les civils étaient terrorisés, s'étant réfugiés dans les bâtiments. Il se retourna pour percer le crâne d'un réprouvé d'un coup de marteau bien placé, premier sang, le réprouvé s'étala dans le champ des maleterres de l'ouest. La bataille n'en finissait pas, les hommes tombaient tout comme les morts-vivants, leurs oreilles étaient saturées par le vacarme du combat, mais lui, lui il distingua le bruit caractéristique des roues sur les pavés.

Lucius releva la tête et fixa les chariots à peste qui arrivaient depuis la barricade. Le premier tonneau de peste heurta le sol et les soldats sombrecoeurs commencèrent à quitter le champ à toutes jambes loin de la portée des tonneaux.

Un autre tonneau s'écrasa dans le champ, puis un autre, et encore un autre, Lucius tourna la tête vers la ferme puis vers les chariots à peste. Les civils couraient à l'opposer pour rejoindre la ligne sécurisée des sombrecoeurs, Lucius fronça les sourcils, entendant un léger bruit dans ses oreilles, un cri. Un cri humain en provenance de la ferme.

Lucius sprinta vers la ferme, courant dans le champ pestiféré, il défonça la porte en cherchant autour de lui, toussant et crachant, il monta les escaliers en titubant, malmené par la peste réprouvé et défonça la porte de la chambre pour tomber nez à nez avec une femme main sur la bouche, sur le point de succomber à la peste.

Lucius attrapa la femme dans ses bras et se mit à sprinter hors de la maison vers la zone sécurisée, marchant de moins en moins bien à travers la brume verdâtre. Il arriva enfin hors de porté du chancre réprouvé et tomba sur ses genoux, il posa son oeil sur la femme inconsciente, secouant la tête comme pour dire "pourquoi j'ai fait ça", il ne bougea pas son oeil pendant quelques secondes avant de lâcher à voix basse un faible.

"Rédemption."


Revenir en haut
Lucius Vaanes


Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2011
Messages: 1 177
Race: Worgen
Guerrier
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Sam 6 Aoû - 11:54 (2011)    Sujet du message: Souvenirs de Lucius Vaanes Répondre en citant

"AAAAAAAAAAAAAAAAAAH"
Fut le cri que l'on entendit depuis la salle de commandement de Lucius aux hautes terres de Lordaeron, fraichement installé dans l'armurerie de la cathédrale d'Utherholme, ce cri appartenait à Vladimir, la grosse brute Alteran, en train de se faire fermer une plaie par Fredrich au tisonnier. Pendant ce temps là, vers la fin de l'armurerie, Lucius tapait du poing sur la table pleine de carte, un panneau citant les fragments, une liste noire des leaders du fléau a tuer, une carte de la zone modifiée à la main, il tenait une discussion enflammé avec Taiko, Sinae Silverwind, Higen Lightwalker et Jake Lindon. Tout le haut commandement sombrecoeur était là, les trois lieutenants, le capitaine, l'état-major de Lucius au complet à quelques petits détails près. Dans cette salle il y avait trois intrus, Duran McThan, assassin et aspirant de Lucius, Walace Soran, spécialiste sombrecoeur et assassin à ses heures perdues, et Gwynbleid Sinistrider, pyromancienne fraichement intégrée dans l'escouade de commandement de Lucius en tant qu'aide de camp. Il ne manquait qu'une personne de l'état-major, Meldam Vaelys, et elle ne serait pas à cette réunion. Tard dans la soirée, Lucius avait quitté son ancien poste de commandement de la salle du trône pour s'installer dans l'armurerie, son ordre ? Que cinq soldats sombrecoeurs qui ne font rien soient détachés du mur, ils garderont la porte de l'armurerie et empêcheront toute personne de rentrer dans le nouveau poste de commandement, si quelqu'un tentait de forcer le passage, l'ordre de tuer avait été donné.
"Le plan capitaine ?" lança le lieutenant Higen Lightwalker.
"Je veux que toi et le cinquième Lordaeronnais commence à se préparer à la charge, si tout se passe comme prévu on va pilloner le camp du fléau demain et lancer la charge contre Pestelame pour cloturer la guerre. Lindon, je veux que le deuxième Gilnéen tienne le mur est et le mur sud, ne laissez pas les soldats du seigneur de la zone sans surveillance, je n'ai pas envie que notre armée se scinde."
"A vos ordres capitaine."
"Que peut le premier Thalassien pour toi, Lucius ?"
"Sinae, tu vas venir avec moi et quelques archers à Zul'Jar, j'ai besoin de bons chasseurs de trolls pour récupérer le fragment, pour ce qui est de la suite je veux que tu fasse ralier les hauts-elfes et elfes de sang de la zone à l'armée Sombrecoeur, j'ai besoin d'une union forte."

Lucius tourna la tête vers Walace, Duran et Gregory, l'assassin de son état major.
"Pour vous, j'ai une mission bien spéciale à vous confier, vous aurez vos ordres de mission plus tard."
Un fin sourire se dessina sur les lèvres de Lucius, il avait encore une chance de gagner la guerre.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:09 (2018)    Sujet du message: Souvenirs de Lucius Vaanes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Clan Sombrecoeur Index du Forum -> Camp de base (RP) -> Archives sombrecoeur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com