Clan Sombrecoeur Index du Forum
 
 
 
Clan Sombrecoeur Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Lame du Crépuscule

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Clan Sombrecoeur Index du Forum -> Camp de base (RP) -> Archives sombrecoeur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Mer 2 Fév - 22:58 (2011)    Sujet du message: Lame du Crépuscule Répondre en citant

La froide morsure de l’hiver marquait les joues du Seigneur Sombrecoeur. L’armure qui, en temps normal, lui offrait une sensation glaciale sur la peau en continue tenait maintenant chaud à son corps épais. Il rentrait dans le Donjon de Fenris, saluant les gardes d’un hochement de tête simple, et se dirigea alors vers ce qui lui servait de bureau et de salle d’Etat-major.

Il passa devant l’armurerie, écoutant l’intendant houspiller un soldat après que ce dernier ait fait tomber les armures visibles sur la gauche de la salle… Le chevalier en resta de marbre, continuant sa route pour voir des soldats dans la salle commune, à qui il fit signe de se rasseoir alors même qu’il s’apprêtaient à se lever pour le saluer. Il grimpa les marches en bois, écoutant le grincement strident émit par l’escalier à chaque fois que lui et son armure posaient un pied sur ce dernier.

Une fois en haut des marches, il bifurqua sur la gauche, puis la droite, gravissant la très légère pente de bois typique des garnisons de l’Alliance, avant d’arriver face aux deux chevaliers à l’entrée, qui le saluèrent avant de lui annoncer que le Capitaine Walter attendait à l’intérieur, ainsi que deux sergents. Darnat les remercia, souriant intérieurement en pensant que ledit Capitaine avait survécu à Draenor avec lui en tant que Capitaine de Lordaeron, et l’avait rejoint pour continuer le combat il y a quelques temps.

Il ouvre lourdement la porte aux armatures de fers, et avance d’un pas lourd jusqu’à la table d’Etat-major, voyant l’hommes aux tempes grisonnantes qui lui souriait de toutes les dents qui lui restait.

« Ah Seigneur ! Vous tombez bien je devais vous parler. » lui dit-il tout en souriant.

« Moi aussi je suis content de te voir Walter. Les nouvelles donc ? »

Le Gilnéen se pencha sur la table, l’homme juste à côté de lui qui continuait à sourire.

« En effet… Vous connaissez le Marteau du crépuscule, sire ? » reprit-il.

Darnat réfléchit… Evidemment qu’il connaissait, cette copie du Conseil des ombres dédiées à des dieux insolites et néfastes. Mais quel rapport ? Ils étaient tous loin, très loin des Pins argentés… Il s’humecta les lèvres avant de répondre.

« Un peu. Pourquoi cette question ? »

« Oh parce que j’ai apprit qu’ils voulaient intensifier le sang coulant ici. Ils commencent déjà à semer la zizanie dans les rangs réprouvés et vont sûrement faire pareil chez nous. »

Le Capitaine se mit contre la table, pendant que Darnat se levait et faisait les cents pas devant lui.

« Nous avions vraiment besoin de ça tiens ! Enfin tant que je serais là, je ne laisserais jamais un ordre de limaces venir m’empêcher d’accomplir notre Devoir ! »

« Ca… Je le sais mieux que personne » ricana l’homme.

Darnat s’arrêta devant lui et le regarda en fronçant les sourcils, avant de commencer à ouvrir la bouche pour répondre… Avant de voir le Capitaine sortir une dague de sa manche…

Tout se passa très vite, le Capitaine envoie sa dague vers les côtes de Darnat, par en bas, qui lui attrape le bras et appuyé de toutes ses forces sur l’épaule qui émet alors un craquement sec. Il récupère la dague que les doigts inanimés du sergent commençaient à lâcher et la planta dans la main gauche de ce dernier, la dague rentra dans la chair puis dans le bois de la table, le Capitaine hurlant à la mort avant que le Seigneur ne le couvre de coup de poings en pleine figure, faisant éclater la lèvres, et tout ce qu’il pouvait… Dans le même temps, les sergents sortent du fond de la salle et s’approchèrent. L’un des d’eux agrippe l’épaule de Darnat, qui lui envoie aussitôt son coude dans le nez, le sergent tombant plus loin sur les marches… Le Chevalier se tourna ensuite vers l’autre sergent, qui lève son arme très haut en l’air, le visant… avant de s’arrêter avec un bruit de fruit éclaté. Le sergent tombe alors à genoux, lame toujours en l’air, et tombe sur le ventre, une énorme épée dans le dos.

Darnat relèva alors la tête vers la porte, voyant son fils Trynos s’avancer implacablement, suivi des quatre chevaliers dont deux viennent se placer entre Darnat et le Capitaine assassin, les deux autres commençant à retirer le cadavre du Sergent mort, Trynos récupérant son épée en passant.

« Qu’était-ce, Seigneur. J’ai entendu crier je me suis dit que vous deviez avoir besoin de moi. » dit très vite Trynos, une fois arrivé devant Darnat.

« Ca ira. Vous ! » fit-il en parlant aux chevaliers autour du capitaine meurtri qui marmonnait des choses incompréhensibles. « Amenez ça sur le toit. »

Ils s’exécutèrent aussitôt, l’un d’eux retirant la dague en la tournant, arrachant un cri de souffrance au traître.

Darnat s’approcha du Sergent qui se tenait le nez, Trynos faisant de même et venant le coller au sol du pied, posant ce dernier sur sa cage thoracique, la lame d’où coulait un peu de sang dirigée vers lui, quelques gouttes du précieux liquides tombant sur l’homme pleurnichant.

Le Seigneur du Loup noir le regarda sans broncher. Neutre de l’extérieur mais bouillant de colère à l’intérieur. Comment avaient-ils pu le trahir ! Ce n’était pas possible, comment pouvait-il ainsi trahir leur supérieur et, ainsi, leur patrie.

« Pourquoi faire ça ? Réponds aussitôt ou mon ami à côté de toi viendra t’arracher le larynx et le œsophage. » dit-il très… Calmement ? Un peu sec dans ses mots et le ton, mais calme. Trynos sourit, agressif, regardant la larve sous sa botte.

« Pe-pe-pe… Personne Monsieur, on m’a juste parlé d’un avenir meilleur, comme quoi la guerre serait ainsi fini ! » pleurnicha-t-il.

« Propagande du Crépuscule » fit Darnat pour lui-même. « Y en a-t-il d’autres dans le coup ?! »

« Je-je-je-je-je crois Monseigneur ! D’autres membres de l’Etat-major et des-des-des-des soldats ! Pitié ne me tuez pas par la Grâce de la Lumière ! »

Le Chevaliers aux cheveux blancs réfléchit. Il venait d’être trahis par un homme de confiance à qui il aurait confié sa vie… Ils étaient tous suspects. TOUS ! Surtout s’ils sont dans son Etat-major… Que faire ? Il lança un regarde au soldat et répéta ses dires…

« La Grâce de la Lumière… Tu me fais pitié, pour tes actes elle ne te laissera jamais la rejoindre. Elle te laissera tomber entre les mains capricieuses et indifférentes de ce que tu as osé servir, où tu souffriras jusqu’à la fin des temps. Relève le. »

Trynos le releva aussitôt, pendant que l’homme bégayait.

« Mais-mais-mais. J’ai été influencé ! Comment me faire pardonner par votre seigneurie et par la Lumière ? » d’un ton suppliant.

Darnat se dirigea vers la table, son Fils poussant l’homme devant lui.

« Tu sais te servir d’une pistole ? » demanda simplement le vétéran Sombrecoeur.

« Ou-ou-oui. »

Darnat défit sa pistole et la posa sur la table, ainsi qu’une cartouche, de la poudre et un bâtonnet.

« Pose ça sur ta tempe et appuie sur la détente. Alors je t’accorderai le pardon, et la Lumière t’absoudra de tes pêchés. » reprit-il.

« Mais je… »

« PAS DE MAIS ! Fais ça et obtient le pardon. Ne le fais pas et nous te tuerons comme tout les traîtres, mais tu finiras dans le néant. »

Darnat le laissa la et sortit de la salle avec Trynos sans se retourner… Et entendit un « PAN » détonnant quelques minutes plus tard.

« Allons nous en finir avec ce traître, Père ? » demanda Trynos, obtenant un hochement de tête en guise de réponse.

Ils grimpèrent les marches une à une. A chaque pas, la colère et le mépris se faisait de plus en plus sentir autour de Darnat, qui gardait un air impassible. Le bois craquait sous les bottes des soldats, le vent venant de la porte ouverte plus haut apportait le froid de la Forêt des Pins argentés ainsi que des éclats de voix… Dont une reconnaissable entre mille. Gabriel Sombrecoeur.

Une fois en haut, Darnat fit claquer sa langue, sentant ses lèvres se gercer sous l’effet du froid ambiant, et regarda vers la gauche, sur les tuiles du toit, pour voir l’un de ses chevaliers tenant le Capitaine qui avait tenté de le tuer, et l’autre chevalier à terre, une dague entre les côtes. Un épais worgen drapé d’une armure d’épéistes avec deux énormes épaulières était penché sur le Chevalier, un cadavre méconnaissable, même si on pouvait voir une armure de cuir de Frontalier, à côté de lui. Un autre assassin qui a eu le temps de tuer un Chevalier avant de se faire tuer par le Héraut.

Gabriel tourna sa lourde tête vers Darnat. Son regard était partagé entre la colère et un brin de mélancolie. Son oncle n’eut rien à lui demander : Le Chevalier était mort.

Le Seigneur avança à lourd pas vers le Capitaine, celui-ci le regardant en ricanant et lui envoya son genoux en pleine tête, l’homme tombant sur le dos, et reculant sur… Sa main « valide ».

« PARLE CHIEN ! Je n’ai aucune pitié pour les traîtres et les lâches alors dis moi immédiatement où sont les autres traîtres ou je t’arracherais chaque muscle, chaque os jusqu’à ce que tu n’aies plus la force de crier et alors je t’arracherai la langue, jusqu’à ce que tu n’aies plus une goutte de sang à verser… » beugla l’humain grisonnant en armure.

L’homme commença par ricaner, complètement dément. Ses yeux roulaient dans leurs orbites tandis qu’il parlait, comme récitant une prophétie.

« La guerre est déclarée ! Nous ferons éclater des guerres dans les guerres. L’homme frappera l’homme et le réprouvé sans distinction ! Tu vas mourir Sombrecoeur, et ce sera une étape de plus vers l’extermination de toute vie ! Pour la gloire de l’Aspect de la mort ! »

Il était dément, se débattant en ricanant, yeux sorties de leurs orbites… Le sombrecoeur dégaina et envoya son épée le traverser à l’estomac et au bras gauche.

« J’ai dit OÙ immonde fils de catin ! » grogna la furie.

L’homme ricana de plus belle, de plus en plus fort au fur et à mesure que son sang coulait… Le Seigneur Sombrecoeur finit par l’attrape à la gorge et le trainée sur le toit, s’arrêtant au bord, au dessus de l’entrée du Donjon… Et le plaça au dessus du vide.

« Parle et je t’offre une mort rapide. » fit très calmement Darnat, regardant le capitaine droit dans les yeux.

« Ooh. Nous sommes partout. Dans votre état-major… Votre armée… Chez les réprouvés HIHIHIHOHO… Nous avons également notre campement been caché ! Vous ne nous aurez jamais ! »

L’homme ricanait sur le début. Puis est devenu très sérieux et agressif sur la dernière exclamation… A bout, Darnat attrape sa dague à sa ceinture et trancha la gorge de l’homme, avant de laisser le corps tomber en bas, devant la Garnison.

Il regarda le corps tomber, les goutes de sang le suivant dans sa chute. Des images revinrent à l’esprit du Vétéran. Walter et lui combattant ensemble les démons. Walter prenant un coup qui lui était destiné à sa place… Une discussion autour d’un feu… Quelques rires autour de choppes mousseuses. Et maintenant il était entrain de tomber vers sa chute, souriant comme un fou à lier, du sang quittant le corps de ce qu’il avait considéré comme un « ami ».

Il inspira, expira… Des gens se réunissaient autour du corps, et tous relevèrent la tête vers lui. Il faisait peur à voir. Un géant en armure, couvert de cicatrices sur le visage, du sang frais et des viscères collés à son armure. Qu’ils aillent peur, se dit-il. Ceux qui sont avec lui connaîtront une crainte respectueuse. Les autres une crainte bien réelle, comme s’il représentait leur mort. Et ils avaient raison.

« Soldats ! Aujourd’hui, des traîtres du Marteau du Crépuscule ont voulu atteindre à notre mission ! Et d’autres sont présents ! Mes frères et sœurs. Que ceux d’entre vous qui sont loyaux à la cause de l’Alliance n’aient rien à craindre, ils seront exterminés par la Magnificence de la Lumière. Mais que les traîtres tremblent et implore Sa pitié, car nous n’aurons AUCUNE ! POUR L’ALLIANCE ! » cria-t-il, d’une telle façon sur la fin, avec une telle ardeur, une telle passion, qu’on aurait cru qu’il pensait pouvoir tuer ses ennemis par sa propre voix… Ce n’était pas totalement faux, la peur fait beaucoup de chose. Elle permet d’atteindre un objectif, elle ne doit néanmoins pas être l’objectif en lui-même.

Il recula légèrement, respirant calmement. Il sentit une épaisse patte se poser sur son épaule, celle si émettant un lourd bruit métallique. Il tourna lentement la tête vers son neveu qui le regardait, déterminé.

« Nous aurons tous ces chiens, mon Oncle. Quels sont vos ordres ? »

Le Seigneur le regarda un instant, réfléchissant…

« Plus personne n’est de confiance. Fais savoir que tous les membres de l’état-major perdent leurs galons et redeviennent soldats. S’ils veulent leur poste, ils devront prouver qu’ils le méritent… Quant aux membres du Marteau du Crépuscule. Tu me les trouves. Tu les tues. Tu les brûles. Pas de pitié pour les traîtres et ceux qui ont rejeté la Lumière. Pour l’Alliance, Héraut. » fit-il enfin.

« Ce sera fait, Seigneur. »

Darnat reporta son regard en avant. Il écouta Gabriel reprendre forme normal et commencer à aboyer des ordres au Chevalier présent, pour que son défunt frère d’arme soit enterré selon les rites de la Lumière. Le Seigneur du Loup noir était en pleine réflexion. Ne pouvait-il plus avoir confiance en personne ? Pas même ses proches ? Oh sûrement eux, ils ne le trahiraient pas… Mais le favoritisme était mal vu, alors qu’ils prouvent à nouveau leur fidélité. A présent, il devait s’occuper de purger ses rangs des traîtres et des hérétiques.

Un frisson lui parcouru l’échine. Il n’avait rien à voir avec la froide et familière morsure de l’hiver. En effet, le liquide rouge présent dans ses veines bouillonnait autant que les veines de laves du Mont Rochenoire, sous la colère et l‘adrénaline toujours bien présente. Non, c’était simplement un avertissement venant du plus profond de ses tripes. Ce n’était pas fini. Il ne fallait plus qu’il fasse confiance à personne d’autre que lui-même. Pour la survie du Clan et de tout ce pour quoi il combattait.
_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 2 Fév - 22:58 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Clan Sombrecoeur Index du Forum -> Camp de base (RP) -> Archives sombrecoeur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com