Clan Sombrecoeur Index du Forum
 
 
 
Clan Sombrecoeur Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Dure est la chute.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Clan Sombrecoeur Index du Forum -> Camp de base (RP) -> Archives sombrecoeur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Ven 19 Nov - 21:55 (2010)    Sujet du message: Dure est la chute. Répondre en citant

[HRP] L'intro. Si vous voulez poster la façon de votre personnage de vivre ce passage, même si presque personne ne peut participer ici, faîtes le ici à la suite.
Petite précision: Cette scène va ve passer la nuit /matinée/journée précédent le patch pré-changement de zones.[/HRP]

C’était une belle nuit qui tombait sur la Forêt des Pins argentés… Sans pluie, pour une fois, sombre et calme. Sa sérénité seulement perturbée par les périodiques secousses de la terre.

Il en est néanmoins certains qui mettent tout en œuvre pour briser la sérénité et la paix.

Le Général Putreferaille prit une poignée de terre dans sa main cadavérique, l’inspectant, gardant cette habitude de sa carrière de son vivant. Il retira son genou de terre, se redressant, le dos éternellement courbé, humant l’air de ses deux narines inexistantes.

Il sourit. Ou du moins, sa grimace devait être un sourire pour un être pareil. Il se retourna et remonta sur une colline, puis regarda en bas… Ses troupes.

Des dizaines, non, des centaines de Nécrogardes, Arbalétriers et autres soldats étaient là, rangés dans un garde à vous à faire froid dans le dos…

Il les regarda un instant, engoncé dans son armure en plaques complète reçu lors de ses campagnes en Outreterre, l’armure de Destructeur, noir et orange tel la mort et les flammes. Il sentait le vent passer sur son visage mort, et secoué lentement le restant de cheveux coiffés en queue de cheval à l’arrière de son crâne. Il commença ensuite à parler:

« Soldats de la Reine Banshee ! En ce jour, nous allons montrer aux vivants ce qu’il en coûte de nous avoir rejeté et traqué. Trop longtemps nous n’avons fait que « survivre ». Maintenant, nous allons montrer à ceux là, des soldats de l’Alliance, qui nous sommes. Vous devez les écraser. Vite et bien, en attendant que nos troupes en Hautebrande anéantissent les soldats de la « Redemption de Lordaeron ». »

Il laisse un temps à ses soldats pour crier en chœur « Pour la Dame noire ! » avant de reprendre:

« Morts aux vivants ! Ils ne peuvent rien face à notre puissance. Si ce ne sont pas nos armes qui les tuent, ce sera notre peste ! Préparez-vous ! »

Il se retourna, laissant ses troupes se préparer aux combats, et regarda la petite ville humaine en contrebas. Il se disait qu’ils ne pouvaient être briser. Que leur force, leur volonté et leur détermination ne faillirait pas. Qu’ils n’abandonneraient sous aucunes conditions. Les soldats du Clan Sombrecoeur.




-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------    
     
Darnat retourna à l’hôtel de ville d’un pas lent. Il était partis voir l’avancement des fortifications… Des tranchées avec quelques pieux de fortunes à surveiller au vu des tremblements. Et des réprouvés… Il a été décidé que tout tomberait sur moi et le Clan… pensa-t-il, soupirant. Le silence disparu bien vite quand il entendit une discussion à priori enflammée et aux points de vue variés, au vu du volume sonore. Le Capitaine fronça les sourcils, avant de comprendre que les voix venaient de l’Hôtel de ville. Pelindar, Gabriel, Varn… Etonnant. Il entra dans son lieu de travail pour voir son point de vue confirmé. Il regarde les trois protagonistes assis autour d’une table élevé dans la journée pour discuter stratégie. On avait d’un côté Gabriel et Varn qui se foudroyaient du regard, leurs opinions semblant être assez différentes, et on avait Pelindar qui semblait attendre le dénouement avant de s’en mêler.Darnat commença par tenter de déchiffrer l’expression de son jeune neveu. Il était las, mais toujours à l’affût du moindre mouvement. Il a bien changé depuis le soir où Gabriel a dit qu’on devrait former un blanc bec à peine sorti de l’école militaire de Wolf-heim. se dit intérieurement Darnat, légèrement fier de se dire qu’il y avait contribué à sa façon. Le jeune Lieutenant était de taille et de musculature normal pour un humain, maigrelet pour un Sombrecoeur, les cheveux foncés et long avec une barbe bien rasée. Il portait la belle armure des Chevaliers du Loup Noir, celle de son père Andar, qui a donné son nom au fort au dessus de Sanguynar…

Le Seigneur du Loup noir tourna la tête vers son demi-frère où le sang millénaire d’Aurele coulait de la même façon que dans son propre sang. Plus grand et épais que lui, les cheveux gris, moustaches et rouflaquettes mal taillés, borgne. Son frère était souvent considéré pour un idiot, ivrogne et barbare par excellence. Seul les personnes qui cherchent à le connaître, c’est-à-dire seulement lui, et peut-être Pelindar, savent qu’il n’est pas que cela. Il était un excellent stratège, à conditions qu’on ne lui confie pas une armée, et était débrouillard quand il s’agissait de survivre avec peu de matériels.

Enfin, il posa ses yeux sur Gabriel. Sa plus grande réussite. Quand il l’avait retrouvé, il n’était qu’un ancien soldat de la
7e légion recherche pour « trahison » par Theramore. Savoir qu’il deviendrait Seigneur et qu’il en avait la charge était une bonne chose. Qu’un Sombrecoeur gilnéen de la lignée des Seigneurs doivent éduqués un héritier Sombrecoeur de Lordaeron était une preuve de respect et de confiance de la part de son cousin Arkhai. Le jeune Seigneur portait les cheveux longs et châtains, contrairement à la tradition familiale, un bouc mal rasé, une énorme armure d’un métal fléautique purifié dont les épaules formaient des têtes de cochons. Il brise définitivement le stéréotype que ce font les gens des Sombrecoeurs.. Châtain, calme, icône de sanglier et non un Loup… Tant mieux. Ce « gamin », comme aimait l’appeler Darnat, était un homme bon, impulsif et énergique. Certaines décisions étaient contestables, mais nul, et Darnat le dernier, ne mettra en doute le sens du jugement de Gabriel.

Darnat s’approcha ensuite de la table, regardant Pelindar dans un air de « Il se passe quoi ? », qui lui value un haussement d’épaules et une désignation de l’autre duo du menton. Darnat tourna la tête, écoutant son demi-frère parler.

« … si j’vous dit qu’ça sert à rien d’y aller c’est qu’ça sert à rien bordel ! » « Si. Une défense lourde et complète est une excellente solution qui nous permet justement d’aller à la rencontre des rescapés d’Austrivage, pour vérifier que la rumeur de leur destruction est avéré » grogna le Seigneur Sombrecoeur.



Varn renifla, regardant vers son frère.

« Dis lui toi qu’c’pas possib’ au lieu d’regarder ! » beugla le géant.« Déjà… commença calmement Darnat, habitué aux manières de son frère. Expliquez moi quel est le problème. »



Varn envoya à son frère un papier, que ce dernier prit et commença à lire, avant de reprendre à haute voix.

« Austrivage est tombé et a été bombardé par des chars à peste. Mauvaise nouvelle. En sommes les réprouvés arrivent sur nous. »« V’là ! Et l’aut’ pomme veut ‘ller voir Austrivage ‘lors qu’les réprouvés arrivent. Faut plutôt attaquer putain ! » enchaina Varn.« L’un n’empêche pas l’autre, "Chevalier". Nos tranchées sont creusées, les groupes d’embuscades sur les routes sont opérationnels et nous sommes prêt à endiguer un assaut. Vous voulez quoi de plus ? » le coupa Gabriel.Darnat reposa la feuille, les laissant décider de si oui ou non ils devaient aller à Austrivage vérifier les rumeurs. Le Chevalier-Capitaine posa ses mains sur la table, tête vers le bas, ses cheveux balayant son visage pendant sa réflexion. Austrivage tombé. Nous sommes les suivants en sommes. Une chose est sûr, les réprouvés vont venir en masse… Néan… Qu’est-ce que c’est ?





Plus personne ne parla, une voix sortant du communicateur de Varn, alors posé sur la table. Une voix familière, couvrant le bruit d’explosions et des cris.

« C’est le Sergent Batista » fit Pelindar, levant le doute.« Capitaiiiiine ! C’est vraiment la merde ici, les Réprouvés attaquent en masse et nous fonce dessus ! Les explosifs les retiennent mais on va pas tenir longtemps. Demande permission de faire exploser les derniers explosifs avant de nous replier sur nos positions ! » cria ledit Sergent.Darnat attrapa aussitôt le communicateur, ayant d’un regard l’accord des membres de sa famille qui hochèrent la tête.


« Accordé. Faîtes tout exploser et repliez vous. Bonne chance sergent » ordonna enfin le Capitaine du Loup Noir, avant de reposer le communicateur sur la table, celui-ci restant alors inanimé.Ils se turent un instant, attendant les paroles tant redoutées… Redoutées ? Oh non, car les Sombrecoeurs n’ont peut de rien quand il s’agit de guerres actuelles ou de combats sanglants. Non, c’était plutôt une… Résignation.


« Pelindar, Varn. Retournez au fort. Au signal que nous avions choisi auparavant, vous chargez. Gabriel, je pense avoir bon en pensant que ta place est dans les tranchées avec nos soldats… » commença le Vétéran de l’Outerrre, voyant les hôchements de têtes des trois autres et le sourire sauvage du Seigneur.« Evidemment. Les guerres avec la 7e Légion m’ont préparé et endurcis. Auprès des hommes, là est ma place. » répondit-il avec fermeté et passion à l’affirmation de son oncle.
« Soit. Aujourd’hui nous allons écrire l’histoire. Si vous devez mourir, mourez avec honneur. Pour l’Alliance, la Lumière et surtout pour la légende de nos glorieux ancêtres. Sang et honneur ! » acheva-t-il, le dicton Sombrecoeur reprit en cœur par les trois autres.Le Fils de Lothar se détourna, chacun allant à la place qui lui était définie, et sortit jusque devant l’hôtel de ville. Il vit sans surprise que les soldats se préparaient au combat, ayant entendu le message du Sergent, et sa réponse. Ensuite, il prit son propre communicateur.






« Aux armes ! Pour la gloire du Clan Sombrecoeur ! Ce soir, vous allez écrire notre histoire et la vôtre dans les ossements Réprouvés. Pour la Lumière ! fit-il parvenir, solennellement. Soutenez, car vous êtes tous face à la mort. Faîtes comprendre à la racaille non-morte qui vous êtes. Vous êtes les soldats du Clan Sombrecoeur ! »
_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 19 Nov - 21:55 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Trynos Sombrecoeur


Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2010
Messages: 259
Race: Humain
Guerrier Forgeron Joaillerie
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Sam 20 Nov - 08:14 (2010)    Sujet du message: Dure est la chute. Répondre en citant

Il était assis là depuis facilement une heure... Quel fou faudrait il être pour se mettre entre deux bêtes sauvages durant un combat ? Eh bien, la diplomatie sur l'instar était facilement comparable à l'affrontement de deux ours sortis de cage. "Différents", mais si ressemblants au fond, les deux hommes massifs se tenaient par moment à mi-débout au dessus de la table, arrosant le jeune Lieutenant de leur salive tranchante et lui soufflant dans les oreilles. Pelindar était impulsif, mais il savait gérer le calme d'une situation quand il le fallait réellement. Il apprenait, ne conseillant de sa fraîcheur d'esprit qu'après une analyse longue de la discussion. Et cette analyse là, n'était pas prête d'arriver car deux feux brûlaient en lui.


Certes, il aurait voulu foncer vers Austrivage et prendre nouvelle des Rédempteurs sur place, il espérait également que la population locale avait pu être évacuée totalement. Il se surprit à se trouver égoïste en pensant que peu lui importait au final car il savait que les deux jeunes femmes qui lui tenaient à coeur étaient hors du danger à Hurlevent.. Enfin, ce terme de "hors de danger" était relatif, elles étaient moins dans le pétrin qu'en Lordaeron, ça l'on ne pouvait être plus clair oui. Ressortant aussi tôt de sa rêverie qu'il y était entré il replongea dans les beuglements, grognements, feulements et compagnies des deux Sombrecoeurs.


Réfléchir, il devait réfléchir car son autre instinct lui disait de sortir les hommes de son fort et foncer à l'offensive avant d'être pris de court à son tour. Il avait un penchant étrange pour la deuxième solution. Oui, après tout Pelindar était jeune et sa jeunesse lui valait son envie de combattre et de détruire l'ennemi. Et sa surprise ne fit que s'agrandir lorsqu'il tourna une rapide pensée vers sa mère, tantôt sage, tantôt sèche et vipère, sa mère les avait quitté quelques temps plus tôt, abandonnant son corps à la maladie qui avait triomphé dessus, souffrante d'une division de personnalité que l'on nommait schizophrénie, le Guerrier frissonna en pensant à ses propres élans de passion, puis des retours à la sagesse. Il dit une brève prière que ce soit les faits de sa jeunesse et qu'il était parfaitement sain d'esprit. Attentif de nouveau, la conversation n'avançait pas lorsque Darnat fit son entrée en salle.


Il l'avait trouvé particulièrement vieux et fatigué lorsqu'il posa son regard sur lui, mais il était rassuré de voir la lucidité et la détermination nager dans le regard du vétéran. Il ne répondit que d'un simple haussement d'épaules à son regard, désignant les mâles en rut en plein affrontement et se replaça sur sa chaise de nouveau. L'on avait répété pour la septième fois l'histoire pour le Capitaine, lorsque le communicateur posé sur la table fit appel avec un cri enroué et puissant.


"Batista" ce brave sergent qui sollicitait l'avis du Capitaine rapidement. Et ce qu'il annonçait ne surprit même pas le cadet des personnes en salle, en revanche il sentir la colère remonter dans son poitrail, laissant quelque part dans sa glotte une boule de rage, brûlante et insoutenable. Il était prêt et l'envie de combattre avait déjà envahi tout son corps, son cri de guerre s'agitait dans sa tête, au fond de ses tripes, ne demandant qu'à sortir pour déverser la rage brutale du Sombrecoeur. Écoutant et remettant les pieds sur terre, il avait attentivement écouté l'Ancien avant de filer à grandes enjambées vers le fort en compagnie de Varn. Arrivé aux portes du "Fort Andar", le jeune homme beugla : "PRÉPAREZ LES CANONS, PRÉPAREZ VOUS SOMBRECOEURS ! PRÉPAREZ VOUS MES FRÈRES ET SOEURS, CE SOIR LA LUMIÈRE TRIOMPHERA !" 

_________________
[Palidia] chuchote : Jsuis soumise tkt


Revenir en haut
MSN Skype
Maarwen


Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2010
Messages: 13
Race: Humaine
Chasseur
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Dim 21 Nov - 22:28 (2010)    Sujet du message: Dure est la chute. Répondre en citant

L'étage de l'auberge était peu occupé ces derniers temps, car on savait que l'attaque des réprouvés ne serait tarder, et tout le monde travaillait d'arrache-pied pour pouvoir espérer avoir une chance de les repousser. Toutefois, il restait une chambre occupée, dont la propriétaire n'était plus sortie depuis près de trois semaines. L'aubergiste, avant de rejoindre les tranchées, lui avait apporté un repas, car elle refusait de sortir de la pièce pour se nourrir, ravagée qu'elle était par le chagrin. Ses appartements, forts modestes, contenaient un simple lit, une commode et un bac pour se laver. Sur le sol, habits et matériel étaient éparpillés, jetés là avec dédain, et le désespoir de celle qui a perdu un être proche. Durant les mois qui s'étaient écoulés, Maarwen Abigail Teylor, fille cadette de la famille de moyenne extraction Teylor, était entrée au service de la famille Sombrecoeur, ayant suivit son frère Marcus depuis Wolf-heim, car il était le dernier membre de sa famille encore en vie, après qu'un hiver rude ait emporté leurs parents. Le temps qu'elle avait passé à leur service lui en avait apporté plus que toute une vie, lui semblait-elle alors, grâce aux connaissances que lui apportait le Capitaine Darnat, qui était un érudit, bien qu'il n'ait jamais eu vraiment le temps de partager son savoir, que ce soit dans l'art du combat ou de l'histoire, de la stratégie, ...etc. En l'espace de quelques semaines, devant l'avancée des réprouvés, la frêle Maarwen était devenue une femme déterminée à protéger sa nation coûte que coûte, l'arme au poing, ou tout du moins, c'est ce qu'elle pensait...

Marcus est mort. Mort ! Même après tout ce temps, cette simple pensée lui faisait monter les larmes aux yeux. Comment avait-il pu mourir ? Lui qui était pourtant si fort ! Il avait tant de bravoure, était tellement gentil ! Aux yeux de la jeune femme, il était un parangon de bonté, même si elle savait qu'il avait lui aussi eu des moments difficiles. Elle serrait encore contre elle, comme si cela pouvait le ramener, la garde de l'épée familiale, dernier reste de lui, seule chose que les mort-vivants lui avaient laissé de son frère. Son sang séché était incrusté sur l'inscription gravée dans le manche, qu'elle ne pouvait voir dans l'obscurité de la pièce, mais qu'elle connaissait de toute manière par coeur. "Seul le courage est dieu dans le coeur des guerriers." Nul doute que Marcus avait suivi ce dicton à la lettre, si bien qu'il en était mort. Encore une fois, elle fondit en sanglots. Tout ceci ne pouvait être qu'un cauchemar ! Elle jeta la garde de l'épée au loin, dans un accès de colère, qui alla s'écraser avec fracas contre la porte, le son raisonnant dans le bâtiment déserté. Sur le moment, elle reprocha au monde entier la mort de son frère. il était injuste que ce soit lui qui parte alors qu'elle avait déjà tant perdu, que ce soit lui qui parte alors que tant d'autres le méritaient plus que lui. Bientôt, elle n'arriva même plus à pleurer, car déjà trop de larmes avaient coulées. Dans cet instant de répits, la jeune femme se demanda commençait la guerre.

En effet, pendant ces semaines d'isolement et de tristesse, il arrivait parfois à Maarwen de s'en vouloir d'abandonner ainsi ceux à qui elle avait promis de se battre, mais d'un autre côté, elle craignait de ne pas avoir la force de continuer de vivre maintenant que sa famille avait été exterminée. Après tout, il lui suffisait de se laisser mourir, de se laisser doucement emporter par le dernier sommeil, pour rejoindre son frère, sa mère et son père dans les limbes, libérée de ce monde de fous qui n'avait de place que pour la guerre. L'idée avait toujours été plus tentante que celle d'affronter la réalité, jusqu'à présent, si bien qu'elle était restée enfermée là, en refusant de voir qui que ce soit, depuis la mort de Marcus. Si seulement il était encore en vie... Si seulement... Maarwen releva soudain la tête, coupée dans ses lamentations par un son dans le lointain. Comme une sorte d'explosion étouffée. Puis vinrent les cris. Pas ceux de la bataille, pas encore, mais ceux d'un homme, dont elle pourrait maintenant reconnaître la voix entre mille, celle de Darnat Sombrecoeur, harrangant ses troupes pour la bataille à venir. Ainsi le grand jour était arrivé... Aujourd'hui, il était fort probable qu'elle rejoigne sa famille dans l'au-delà, mais apparemment pas dans son sommeil. Elle regarda la garde de l'épée, par terre, à quelques mètres d'elle. Rester là et mourir comme un mouton qu'on égorge, ou sortir et lutter pour ses convictions. Elle avait dit un jour à Darnat qu'elle ne le décevrait pas et se battrait plutôt que fuir. Le fait qu'elle s'appète à rompre cette promesse la remplit de honte, imaginant ce que Marcus aurait pensé d'elle. Elle se leva, encore un peu chancelante, et ramassa l'arme brisée, dont elle regarda encore une dernière fois l'inscription avant de doucement relever la tête, en murmurant :


"- Seul le courage est dieu dans le coeur des guerriers..."


Revenir en haut
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Mer 24 Nov - 17:20 (2010)    Sujet du message: Dure est la chute. Répondre en citant

(Je vais poster tout au fur et à mesure que je fignole mes textes, vu que le patch est sortit plus tôt que prévu hmmm)

Après avoir donné ses ordres, Darnat passa à la Forge. Stann et ses apprenties rangeaient leurs outils, prêts au combat s’arrêtèrent en le voyant.

« Capitaine ? » s’inquiéta le Forgeron, faisant signe à ses apprenties de se mettre au garde-à-vous.
Darnat leur fit signe de cesser leur salut et alla se mettre près des fourneaux… Avant de faire une étrange demande.

« Vous allez réparer mon armure. Vous allez poser des plaques pour renforcer les trous et les liées entre elles. »

Les forgerons écarquillèrent les yeux, éberlués, sachant ouvertement ce que signifiait cette demande…

« Mais… Seigneur ! Il faut utiliser du métal en fusion et tout ce qui va avec… Ce sera doulour- » commença Stann

« Je sais… Trancha le Capitaine. Dîtes moi juste si c’est faisable en une vingtaines de minutes et faîtes votre boulot, c’est un ordre. »

Stann approcha avec ses apprenties… Evaluant les dégâts avant de préciser que ce serait faisable, puis se mirent au boulot…

… Quand Darnat ressortit, les plaques d’armures étaient posé et encore couleur rougeâtre, en fusion et sans montrer de signe de douleur autre que ses dents crispées. Il s’avança vers les tranchées, les soldats le regardant tous, certains fronçant les sourcils en regardant les plaques rouges… De respect ou de terreur, cela dépendait. Il prit place dans l’une d’elle, identifiant la situation du regard, ignorant la douleur qui faisaient hurler les pores de sa peau sur son flanc droit et le long de la cuisse droite, plus gros trous à combler.

Les réprouvés étaient à à peine deux cents mètres, dans un rang parfait à faire peur… Peur ? Non bien sûr que non, il était Sombrecoeur. Juste étonné de leur nombre. Il vérifia que le porte-étendard était bien à sa droite. Edric le tenait, son énorme hache dans la main droite… L’un des derniers soldats qui l’avaient accompagné en Outreterre. Ils étaient d’ailleurs presque tous là. Bjorn Martel-de-fer, Edric Dyarn et sa femme Salya Dyarn, Corhyn de la Muraille, Bork Noir-plumes et son griffon Plumes d’acier, Arhl Kolyn et Varn Lyarh… Il ne manquait que Marn et l’équipe était complète.

L’étendard était le symbole… Il serait le courage des hommes et, une fois brandit en l’air, les renforts arriveraient sous la forme de Chevaliers lourds suivis du régiment des Épéistes… Le tout appuyé par les gueules voraces des canons du Fort Andar, ainsi que par les fusillers et les chevaucheurs de griffons…

Il se retourna vers les tourmenteurs et mages. Seulement 5, dont Naylia Siana et Miwen Liena… Il inspira doucement, la douleur encore présente et ignorant les regards réprobateurs de ses collègues, avant de parler.

« Préparez vous, quand l’infanterie réprouvée arrive, montrez leur d’où vient le pseudonyme de "Tourmenteur". Oh et vous prenez le commandement du groupe Dame Siana. »
Il se retourna quasiment aussitôt, n’attendant pas de réponses et ne voulant pas voir les réactions, regardant devant lui. Il vit les hommes de Batista arriver dans les tranchées, puis ce furent les réprouvés qui arrivèrent…

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 
 
  
Putreferaille jaugeait les humains du haut de la colline. La surprise n’avait pas tenu longtemps à cause de ces damnés guetteurs… Ils avaient à eux seul détruit une trentaine de soldats et une quantité astronomique de matériels… Mais peu importe, des années qu’ils tenaient ces lieux et ils allaient être anéantis en une soirée… Telle était la nouvelle puissance des Réprouvés. Il n’eut qu’à lever la main pour que les Chariots à viande et les arbalétriers se mettent en place.
« Feu. » ordonna-t-il simplement.

Le général regarda, non sans plaisir, les cadavres de soldats de Lordaeron qu’ils avaient trouvé. Ceux qui n’étaient pas réanimable. Les tirs partirent très haut en l’air et s’abattirent sur les défenseurs. Ca s’annonçait facile, aucune riposte, al…

Le vent apporta le son de voix… Quelques unes de terreur mais la plupart étaient… Des cris de défis ? Entre mille il en entendit une, grave et autoritaire, un homme habitué au commandement au vu de la façon dont il se faisait entendre sans problèmes apparent, qui donnait ses ordres.

« Rechargez… Feu ! » reprit-il, sans problèmes visibles.

Les catapultes envoyèrent leurs morbides munitions, suivies de près par les carreaux d’ébènes.

Il vit à peine un ou deux corps s’effondrer, les autres se redressant, soudain très calme. Trop calme.

« Envoyez l’Infanterie… » ordonna-t-il, toujours aussi indifférent.

L’ordre fut donné, les régiments de Nécrogardes, avec, au centre, un régiment de Gardeffrois.
_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Revenir en haut
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Mer 24 Nov - 19:36 (2010)    Sujet du message: Dure est la chute. Répondre en citant

Le Capitaine Sombrecoeur vit les chariots à viande et les arbalétriers réprouvés se mettre en joue.

« Levez vos boucliers ! »

Des boucliers étaient posées devant chaque personne, en prévision du combat à venir, et ils s’exécutèrent dans un calme et une synchronisation exemplaire.

Les carreaux et cadavres commencèrent à s’élever dans les airs, tout le monde leva son bouclier…

Quelques uns finirent au sol, le corps transpercé de flèches, ou un cadavre étant brutalement tombé dessus, rendant la victime vulnérable. Certains déversèrent leur peur en voyant les corps de leurs camarades, mais la plupart hurlèrent des cris de défis et de rage, lui-même lâchant les habituels encouragements comme « Pour la Lumière ! » ou « Pour l’Alliance ! »

Darnat pu distinguer le Général réprouvé, dans son armure de feu et d’airain. Il se promit de le tuer s’il le pouvait. Enfin, la vague d’infanterie réprouvée arriva, et fut vite détruite par les sortilèges des tourmenteurs, décimant les premières vagues avec une précision exceptionnelle.

Et enfin ils atteignirent les lignes. Le monde ne devint plus que sang, acier et poussière. Les sortilèges fusaient de tout côté, les lames tranchaient chair et armure avec une précision hors du commun.

Ils arrivaient… Encore, encore, et encore… Un flot continuel de corps animés par la magie noir arrivait, telle une rivière voulant soumettre la terre à elle. Darnat sortit de la mêlée, couvert de sang. Le sien ? Qui sait. Il laissa Bjorn et Varn le couvrir, et appela Edric.

« Edric, c’est le moment. » annonça-t-il, confiant.

Edric sourit, carnassier comme à son habitude, avant qu’il rentre dans la ville et monta sur les remparts, avant d’agiter l’étendard en direction du fort Andar.
C’est ainsi que les réprouvés goutèrent à la fureur Sombrecoeur.

Une pluie de flèches partit du Fort et s’abattit sur ceux des réprouvés. Les canons crachèrent la mort de leurs longs crachat rouges de fumée vers les machines de guerre des non-morts… Ce n’était qu’un début.

Le pont levis du fort tomba au sol, émettant un bruit métallique à briser les tympans, semblant couvrir tous ceux du champ de batailles. Un rang parfait de cavaliers lourds apparut de la gueule de pierre, ceux-ci partant en avant sous le cri guttural et tonitruant du Chevalier-Lieutenant Pelindar Sombrecoeur, les lourds poitrails des chevaux venant percuter les rangs morts-vivants à vive allure. La lente marche des épéiste venant prendre le terrain derrière eux…

… Suivit ensuite des heures de combats où les réprouvés tentèrent de reprendre le terrain, et finirent par se replier… Pour un temps.
_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Revenir en haut
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Ven 26 Nov - 20:20 (2010)    Sujet du message: Dure est la chute. Répondre en citant

Le Seigneur du Loup Noir remonta hors de la tranchée, le sang lui arrivait jusqu’aux genoux, les corps dépassaient par endroit… Les cadavres formaient même une butte devant la tranchée sanglante. Et il se retourna vers la ville, sourcils froncés.

Elle était en piteux état. Des pans entiers de murailles étaient à terre, la plupart des maisons aussi… Il se tourna enfin vers les soldats, voyant leur mines sombres et abattues, presque tous blessés pour le peu de survivant.

« Tous au fort ! Sauf vous. » ordonna-t-il, regardant ses Chevaliers, qui le suivirent alors qu’il entrait dans la ville.

Le silence était pesant, angoissant. L’atmosphère lourde les oppressait. Ils étaient tous silencieux en suivant Darnat qui se dirigea vers l’infirmerie.

« … Ca va lâchez moi et renvoyez moi au front ! » fit Nartrach, sa voix facilement reconnaissable à l’accent spécifique de Gilnéas.

« Hors de question. Vous avez une flèche dans la jambe et vous n’êtes sortit qu’hier de vos blessures ! » répondit ce qui ressemblait à un infirmier.

Darnat rentra dans la chambre, soupirant. Il fut content de voir que tous les autres blessés avaient été évacués vers le Fort.

« Sortez de là et allez au fort, on s’occupe de lui. »

L’infirmier fut soulagé d’entendre cela et sortit aussitôt du bâtiment. Darnat s’approcha de Nartrach et, sans avoir besoin de consentement mutuel.

« On y va. » signala inutilement le vieux soldat

Ils sortirent ensemble… Pour trouver l’infirmier nageant dans son propre sang, une flèche dans la gorge. Les Réprouvés rentraient dans la ville… Les lâches. Les Chevaliers se dirigèrent vers l’auberge pour se diriger vers la plage par la sortie de secours et… Le tout était effondré, de multiples cadavres ayant sûrement servis de munitions aux réprouvés étaient dans les décombres, méconnaissable.

Ils se mirent donc en position devant les réprouvés, à côté de la fontaine, qui avait été détruite par les tirs réprouvés.

« Préparez vous à vendre chèrement vos vies ! Nous sommes les Chevaliers du Loup Noir Sombrecoeur. Nous sommes des héros de Lordaeron. Messieurs, madame. Nous avons déjà vu la mort et nous en sommes sortis. Si vous devez mourir, faîtes le avec honneur ! » lâcha Darnat, faisant ainsi apparaître des sourires sur leurs visages, pendant qu’ils enfilaient leur casques.

Ils levèrent leurs armes, se préparant à charger quand un bruit étrange vint de la plage. Darnat se retourna pour voir un bateau réprouvé accoster, commençant à décharger des troupes… Il grinça dans dents. Ce qu’il vit ensuite l’empli de satisfaction.

Le mât du navire réprouvé chuta, le reste du navire suivant peu après, emportant tous les non-morts dans les abysses… Laissant apparaître deux navires au pavillon sombrecoeur, a priori en piteux état mais toujours prêts au combat.

« Alors Darn’. On est dans la merde ? » se moqua la voix de Marn Molfren Amiral Sombrecoeur dans le communicateur.

« Il était temps vieux loup de mer. Mais comme tu peux le voir dans ta foutue longue-vue nous sommes dans de beaux draps ! » lui répondit le Capitaine, sur un ton amical.

« Ah ouais, t’as une gueule de mort quand même. Oh dit salut aux autres de ma part, héhé… Bon préparez vous au feu d’artifice on ouvre la voix jusqu’au fort ! » prévint-il.

Il ne se fit pas prier. Dans un mouvement unique, le temps semblant s’être ralentit un simple instant. Et l’enfer se déchaîna sur les réprouvés.

Des boulets de canons s’abattirent sur les lignes réprouvés, d’autres tirs venant du Fort Andar nettoyèrent la voix plus loin. Les Chevaliers foncèrent d’un seul mouvement dans la brèche, terrassant tout réprouvé qui passaient à porter de lames. Rapidement, ils traversèrent les lignes réprouvés avec la force et l’aplomb qui leur était maintenant habituel. Ils ne laissaient que des cadavres sur leurs passages, ne laissant aucun réprouvés toucher ne serait qu’une plaque d’armure.

Finalement, ils arrivèrent enfin aux portes du Fort, les archers faisant feu sur les réprouvés derrière le temps que le pont-levis se relève. Darnat emmena Nartrach avec les autres blessés au fond du Fort, près de la sortie et des chambres, puis revint sur les rempart avec Ses chevaliers.

« Il arrivent avec des béliers. Mais on va tuer ces chiens un par un » entendit-il dire par Pelindar, le propriétaire du Fort.

« Barricadez les portes. Et envoyez les blessés avec une partie des troupes sur la plage. Que Marn se mette à quai et vous face monter. » répondit le Chevalier-Capitaine.

Ils allèrent distribuer ses ordres. Il resta longtemps là à donner des ordres pour fortifier la porte, riposter face aux réprouvés… L’aube venait de se lever quand la bataille entra en leur défaveur. Darnat vit les catapultes à peste réprouvé arriver et bombarder Sanguynar en contrebas… Dans le même temps, les Réprouvés sur le fort virent leurs rangs grossirent, les carreaux pleuvaient sur les remparts, les canons avaient pratiquement tous été détruit, sauf un…

« Vous et vous, allez finir d’aider à sortir le matériel d’ici. Vous allez aider les canonniers à descendre le dernier canon jusqu’à la côte. Les autres continuez à renforcer la porte en attendant ! » ordonna le Corhyn, l'un des vétérans d'Outreterre.

Un quart d’heure passa, les fournitures et le canon étant enfin partis, le peu d’archers restant s’étant barricader dans un coin de la cour, prêts à faire feu.

« Allez tous vous mettre au fond, faut tenir un peu qu’ils finissent de tout embarquer en bas et on remballe ! » fit rapidement Darnat à son demi-frère, qui relaya l’ordre avec son savoir faire habituel… Et ils attendirent au fond, derrière une barricade faite de bois et de bout de murailles empilés… Patients, quand des coups sourds frappèrent à la porte.

BONG ! Comme un cœur qui bat. BONG ! Comme la marche d'un géant. BONG ! Comme la mort qui approche…

« Pour Lordaeron et la Lumière, quoi qui arrivera par cette porte vous allez TENIR soldats de l’Alliance ! » hurla le Seigneur du Loup Noir par-dessus les bruits sourds des béliers, aussitôt reprit en chœur par ses 7 chevaliers.

La porte éclata, envoyant des débris de bois dans toute la cour…
_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Revenir en haut
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Ven 26 Nov - 21:31 (2010)    Sujet du message: Dure est la chute. Répondre en citant

Le Général Réprouvé se permit un rire tonitruant, ses hommes le regardant un instant, terrifiés, si ces non-morts ressentaient la peur, par ce géant en armure à la réputation implacable.

Il regarda ses troupes commencer à entrer dans le Fort, devancés par 2 abominations bardés d’énormes piques spécialement préparées pour cet assaut. De l’autre côté, la peste se propageait dans leur village, achevant les blessés, et étant censé servir à faire sortir les lâches. Personne ne sortit.

Le Général se mit soudain en mouvement vers le Fort, déterminé à en finir personnellement avec cette racaille. Arrivé en haut de la pente, il comprit pourquoi il n’avait reçu le soutien d’un bateau de transport. Deux navires sombrecoeurs étaient postés dans la baie, des humains et des nains chargeant les bateaux de cargaison et de blessés… Ils ne pouvaient fuir nulle part, évidemment.

Il inspira doucement avant de hurler, parfaitement audible dans la plaine:

« Soldats de la Reine noire, ces humains tentent de fuir par la mer. Que tous ceux qui ne sont pas entrain de combattre aillent les châtier au nom de la Dame ! A mort les vivaaaants ! »

Il éclata d’un autre rire à faire se dresser les cheveux sur la tête, et se retourna vers le pont-levis, voulant participer lui-même aux combats…


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------   
 
Les Sombrecoeurs repoussèrent les premières vagues. Les abominations firent des morts parmi les valeureux voulant les stopper, mais ce fut ses propres vétérans qui utilisèrent les bonnes vieilles tactiques contre les dragons et créatures des orcs contre elles, les abattant prestement. Les autres tinrent les positions, et en vinrent à avancer, repoussant les réprouvés vers la porte. Le Vétéran des Fils de Lothar vit au centre de la mêlée une silhouette familière… Un réprouvé drapé d’une armure noir et orange qui avançait, abattant deux sombrecoeurs d’un gestes de ses énormes haches… Le Général, le… Responsable.

Darnat fonça sans hésitation, sentant ses vieux frères d’armes sur ses talons, qui engagèrent le combat contre les soldats jouant la garde rapprochée dans le Capitaine chargea le réprouvé, fusil dans une main et l’épée dans l’autre.

Le Réprouvé para le premier coup, en ricanant. Il envoya sa hache droite sur le flanc du Guerrier qui esquiva le coup en envoyant son fusil vers la tempe du mort qui envoya le fusil au loin d’un revers de son arme.

Les minutes défilèrent, le Réprouvé prenant l’avantage… Il envoya Darnat voler, son épée partant à plusieurs mètres…

« Rends toi et je t’accorderai une mort rapide » ricana le réprouvé, pas du tout sincère.

« Jamais je ne me plierai devant vous, monstre ! » répondit Darnat, reculant légèrement, sur le sol.

« Vous devriez cesser cette folie, vieil homme ! »

Darnat arriva sur son fusil, chargé, qu’il prit en main.

« Folie ? Non… Je suis seulement un Sombrecoeur ! » hurla presque le Capitaine.

Il se releva, attrape dans la main la hampe de la hache qui s’abattait sur lui, et appuya le canon de son fusil sur le crâne du réprouvé avant d’appuyer sur la détente, le tuant sur le coup.

Il vit ensuite que la cour était reprise, plus aucun réprouvés n’étaient visibles. Il en profita pour grimper à la muraille. Il vit un nouveau groupe arriver et… Des réprouvés en masses allant vers le navire. Il redescendit l’escalier en courant, hurlant.

« On abandonne la maison ! Les réprouvés atteignent la plage on doit aider les autres ! »


_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Revenir en haut
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Sam 27 Nov - 05:01 (2010)    Sujet du message: Dure est la chute. Répondre en citant

Ils arrivèrent sur la plage et vinrent porter assistance aux autres soldats. Seulement des Gardeffroi et Nécrogardes. Le chants des canons était devenu l’hymne des sombrecoeurs en cette soirée d’automne. La pluie et la brume étaient venus dès l’apparition du soleil à l’horizon, rendant cette bataille aussi obscure que de nuit. Les membres volaient, les corps tombaient, le sang pleuvait sur les combattants.

La bataille dura quelques temps, jusqu’à ce que les fournitures soient toutes dans le navire. Il ne restait que les Chevaliers-Vétérans sur la plage avec Pelindar et quelques fous restant sur la plage.

Ils combattaient tel une meute de loup… Oui le mot était ironique dans le sens où les gens les considéraient comme une bande de worgens enragés. Marn les rejoint ensuite, parlant à Darnat en combattant de sa rapière et de sa targe, Amiral Tirassien dans l’âme.

« Y sont tous d’dans. On a d’la place pour vous. Les ordres ? On monte ou on r’tourne leur péter l’gueule pour gagner du temps ? »

Darnat réfléchit, s’apprêta à charger et se rappela soudain toutes les promesses qu’il avait fait.

« On se casse. FEUUUU ! » hurla-t-il aux canonniers, montant la rampe avec les autres.
_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Revenir en haut
Darnat Sombrecoeur
Seigneur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 5 901
Race: Humain
Guerrier Mineur Forgeron
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Sam 27 Nov - 17:30 (2010)    Sujet du message: Dure est la chute. Répondre en citant

La poignée de sombrecoeurs était sur le pont du navire, regardant vers Sanguynar. Le tombeau de nombreux soldats… Un par un, ils allèrent s’effondrer dans un coin, aider les blessés, ce genre de chose. Bientôt il ne restait que quelques personnes sur le pont, dont les Chevaliers du Loup Noir.

Ils soupirèrent tous, à l’unisson, devant ce morbide spectacle. Eux qui avaient vu la mort et bien pire pour les plus vieux, et avait échoué à épargner les plus jeunes. Quel dommage n’est-il pas… Et ça ne risquait pas de changer.

L’Amiral s’approcha de Darnat, et se racla la gorge avant de parler.

« Qu’est c’qu’on fait chef ? »

Son interlocuteur soupira. Il était blessé, déprimé, et malade au fond de lui. Mais je dois garder un air déterminé.

« Dépose nous à Menethil. J’irais avec quelques uns à terre pour retourner vers Lordaeron. Les autres resteront avec toi pour t’aider à réparer le bateau. »

« Compris chef. » répondit l’Amiral Molfren.

Marn s’exécuta et déposa une partie des troupes avec le Capitaine Sombrecoeur, et repartit pour réparer son précieux navires… Quel triste affaire ces réprouvés. Et d’où venaient tous ces tremblements et raz-de-marée ? Pourquoi Menethil était-elle dans cet état ? Seul le temps nous le dirait…

"Seul le temps, la patience et la détermination permettront de survivre." Paroles de Darnat Sombrecoeur.
_________________
• Darnat Sombrecoeur, seigneur et patriarche de la famille Sombrecoeur.
• Marric Sombrecoeur, héritier de la famille Sombrecoeur.
• Velan Lerden, sergent de l'armée Sombrecoeur.
• Dathric Ancrespoir, lieutenant et paladin des Gardiens de Baradin.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:54 (2017)    Sujet du message: Dure est la chute.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Clan Sombrecoeur Index du Forum -> Camp de base (RP) -> Archives sombrecoeur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com