Clan Sombrecoeur Index du Forum
 
 
 
Clan Sombrecoeur Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Halte.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Clan Sombrecoeur Index du Forum -> Camp de base (RP) -> Archives sombrecoeur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Qal Ravage-Plaie


Hors ligne

Inscrit le: 11 Avr 2011
Messages: 873
Race: Tauren
Druide Travail du cuir Herboriste
Guilde: Clan Noirsang

MessagePosté le: Lun 28 Jan - 20:11 (2013)    Sujet du message: Halte. Répondre en citant

Et pendant ce temps, dans la Flèche du Soleil-volé.

Au sommet de cette dernière, la Matriarche se tenait droite, mains dans le dos. Face à elle, une vue infinie. L’Interminable partant du bas jusqu’au fin fond de son champ de vision, elle remonta lentement celle-ci. Le cœur du domaine, réduit depuis sa vue à l’état d’un gigantesque toît scindé en son centre ; puis les infinis et imperfectibles jardins verdoyants, agrémenté de quelques tables et bancs pour l’heure désertés ; le fier rempart, agrémenté des portes principales où siégeait le gigantesque cristal gangrené, déversant une énergie rampante sur ses protégées ; la dense et impénétrable forêt ; pour apercevoir finalement le port, qu’elle distinguait à peine malgré sa vue perçante. Ce tableau, elle le connaissait par cœur, ayant de nombreuses décennies pu le contempler sans jamais s’y attarder. Rattrapant le temps perdu, c’est ce qu’elle fit, détaillant les moindres parcelles, aussi insignifiantes soient-elles. Le soleil, au loin, s’apprêtait à se coucher. Elle plissait en conséquence les yeux, exposant ainsi un regard tout aussi protecteur que vindicatif, songeant au devenir de ce somptueux paysage. Un homme vint briser cette âme pensive, s’initiant dans la pièce en haletant. Il se pencha en avant, posant ses paumes sur ses genoux, essoufflé.

« Matriarche, le... les humains ! Ils ont prit le port. Nos effectifs ne sont plus. » Elle fronça encore plus ses longs sourcils grisâtres. Ses mains liées à ses reins se détachèrent pour lentement contourner ses hanches, se croisant finalement sous sa poitrine. Elle inspira lentement puis expira, levant les yeux vers le ciel dégagé qui se présentait face à elle.
« Rien de surprenant. Nos défenses ne sont pas pleinement constituées. Envoyez cinq escouades suicide. Il faut les retarder. » Nathel, présente dans un recoin de la pièce et effacée comme elle sait si bien le faire, fit un pas en avant, posant les yeux sur Nera, cette dernière lui tournant le dos. Son halo de Lumière systématiquement présent au sommet de sa tête se mit à luire plus intensément qu’à l’accoutumée, vibrant d’admirables effluves. L’Aînée s’en rendit compte, se tournant vers elle, la toisant de ses yeux méprisants.

« N’y pense même pas. C’est une nécessité. Peut-être préfères-tu voir ces sauvages pénétrer notre bastion et massacrer les nôtres un à un ? Femmes, enfants, ils ne feront aucune distinction. Tes néophytes, aussi purs soient-ils, n’y échapperont pas. Peut-être même iront-ils jusqu’à abuser d’eux, ou de toi ? » La prêtresse se figea, inexpressive. Son halo redevint calme et modéré l’espace d’une demi-dizaine de secondes, avant de repartir dans ses fantaisies, les effluves dorés dansant. Pour les innombrables années passées aux côtés d’elle, Nera parvint à distinguer pour la première et unique fois une expression désinvolte, si ce n’est amère. Aussitôt, elle reprit avant que la situation ne lui échappe.
« Et bien, vas-y ! VAS-Y TE DIS-JE ! Tu auras l’air maligne après. Regarde ça, j’ai du mal à imaginer que ta maudite Lumière réponde à tes appels. Tu es lâche et primaire. Nulle bataille ne se gagne sans sacrifice, et tu le sais. La vie n’a rien d’un conte de fée. » Fit-elle, aboyant sur sa sœur. Cette dernière serra lentement son poing droit, pour finalement soupirer.

« Je n’ai pas attendu que tu me le dises pour m’en rendre compte. » Répliqua-t-elle, de son ton calme. Seule l’Aînée connaissait assez les ficelles de la prêtresse pour distinguer que cette sérénité n’était que surface. Une couche extérieure, apte à convaincre n’importe qui, à l’exception de ceux informés de la supercherie. La Matriarche avait pu voir cette affaire se rôder au fil des décennies, aussi passa-t-elle au dessus de cette quiétude.
« Oh. Je vois. Tu as quelque chose à me reprocher, peut-être ? Tu devrais me remercier de t’avoir protégé toutes ces décennies. De nous protéger à l’heure qu’il est. » Dit-elle, sur un ton outré, haussant par la suite un sourcil prononcé en s’approchant de Nathel, intimidante.
« N’inverse pas les rôles. » Fut l’unique réponse de l’avatar de Lumière. Sur un ton toujours aussi mielleux, toujours aussi innocent. Nera leva la main et menaça l’elfe de son index, celui-ci s’agitant juste face à son visage.
« J’ai fait bien plus que tu ne pourras jamais faire, même si la Lumière venait à t’accorder un siècle supplémentaire ! » Le halo s’évanouit d’un coup, Nathel fermant les yeux pour finalement quitter la pièce d’un pas tout aussi inébranlable que rapide, passant à côté de l’officier sans daigner lui accorder la moindre attention. La Matriarche se mit alors à sourire, satisfaite un court instant en observant ledit fantassin, qui se ratatina sur lui même.

« Voyez l’œuvre des Paternels. Un bouclier implacable qui jamais ne me fera faux bond. Qu’elle approuve ou non m’importe peu. Elle m’est liée et soumise. » L’homme cilla, perplexe. Nera n’avait pas pour habitude de se confier, encore moins aux troupes. Et pourtant, cette fois-ci, elle délivrait un secret gardé de tous au premier venu. Il lui vint à l’esprit que la fin était probablement proche, et qu’elle n’avait plus rien à à cacher, à perdre. Il avala sa salive, tandis que la femme le toisant reprit un ton incisif, celui lui convenant tant.

« Et alors ?! Vous comptez me regarder longtemps ainsi ? Exécution ! Et emportez une vingtaine de sentinelles avec vous. Qu’ils périssent dans les flammes. » Il salua promptement, pour se retourner au pas de course vers la sortie. L’Aînée l’observa disparaître de son champ de vision, se retournant finalement vers la vue subjuguante qu’elle avait quitté auparavant. Expirant tous ses poumons dans une infime complainte, elle prit un ton éteint, s’adressant à ce qui s’étendait devant elle.

« Qu’ai-je fait. Est-ce ainsi que tu viens me détrôner, Athial ? »


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 28 Jan - 20:11 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Clan Sombrecoeur Index du Forum -> Camp de base (RP) -> Archives sombrecoeur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com