Clan Sombrecoeur Index du Forum
 
 
 
Clan Sombrecoeur Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

"Puis, il y eu cet éclair de Lumière..."

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Clan Sombrecoeur Index du Forum -> Camp de base (RP) -> Archives sombrecoeur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Othar Gardacier


Hors ligne

Inscrit le: 24 Déc 2011
Messages: 739
Race: Humain
Paladin Forgeron Mineur
Guilde: Clan Sombrecoeur

MessagePosté le: Mer 10 Oct - 00:30 (2012)    Sujet du message: "Puis, il y eu cet éclair de Lumière..." Répondre en citant

Nous étions une dizaine, quelques croisés, et le prêtre Gahran.
Ce soir là, il faisait froid, si froid que notre teint était aussi rouge que nos armures. Nous marchions dans la neige, le Frère Gahran au centre de la formation, avec le Calice des Justes bien à l'abri sous sa robe. Nous étions au cœur même des Maleterres, et il fallait rallier le Monastère au plus vite.

C'est cette nuit là que la mort me prit dans son étreinte.

La route était interminable. Le décor en lui même était plutôt poétique, Lordaeron était si belle sous la neige. Cette dernière cachait la terre calcinée par le Fléau, masquait la laideur des champignons géants gorgés de peste, et apaisait nos âmes. Tout était calme, je me sentais serein.
Puis, un bleu à l'avant du cortège poussa un hurlement, "Mon pied ! Mon pied !" hurlait-il. Sur le qui-vive, nous dégainions en cœur, le bruit de nos lames au clair me fit frissonner un instant, un combat dans ces conditions allait être hardi, mais rien n'est impossible pour le bon croyant.

Des choses bougeaient sous la neige.

Là, des goules sortirent de sous la neige, quelqu'un, ou quelque chose savait que nous allions passer par là, l'embuscade était trop bien tendue. Le bleu à l'avant était déjà au sol, une jambe en moins. Il fallait réagir vite, nous avons alors formé un cercle, avec le Frère Gahran au centre, hurlant une litanie de haine à l'encontre des engeances du Prince Félon.

Le Bleu agonisait dans son sang, ses cris étaient épouvantables.

Nous nous retrouvâmes débordé. Les goules étaient légions, ou du moins c'est ce que mon cerveau engourdit par le froid de l'hiver nordique me renvoyait comme image. Le cercle se resserrait petit à petit. Un frère, puis deux, puis trois. Nous n'étions plus que cinq. Pendant un instant, je connu le doute.

Puis, il y eu cet éclair de Lumière...

Une poignée de goules furent foudroyées net, comme si la Lumière elle même était venue à notre secoure. Je leva lentement la tête à l'horizon, et petit à petit, trois silhouettes encapuchonnées avançaient vers nous à vitesse de charge, sortant des brumes tel les héros des comptes de mon enfance. Les goules se retournèrent, prirent le temps d'observer la possible menace, et s'en prirent à eux.
Je ne me souviens pas bien du combat, alors que je commençait à distinguer nos sauveurs, trois hommes en tenue pourpre et d'argent, un éclaire de Lumière m'aveugla deux bonnes minutes.

Une fois la vue retrouvée, ils étaient là, au milieu des cadavres.

Puis, ils prirent le temps de nous regarder. Nous étions tous au sol, abattus, ils nous observaient comme des bêtes curieuses, des loups abattus, je me sentais honteux, honteux et soulagé. Je pensais être sauvé, j'avais tort.
L'un s'avança, et prit la parole.
"Où est le Calice." Sa voix était froide et sèche, elle me glaça le sang.

Là, le Frère Garhan se releva, trempé par la neige, et s'avança un peu. L'homme à la voix d'acier tendit alors la main, faisant signe au Frère de lui donner le Calice.
Le Frère refusa farouchement, l'air indigné.
"Si je vous le donne, noble héros, les Inquisiteurs demanderont nos têtes."

L'homme à la soutane pourpre porta alors la main à son épée, et prononça sa sentence. "Qu'il en soit ainsi."

Il décapita de manière fulgurante le Frère Garhan, sa tête tomba net au sol, s'enfonçant dans la neige, le sang entachant son blanc pelage. Ce qui me choqua, c'est que son épée crépitait de Lumière, une Lumière ardente et déchainée.
Les quelques frères encore en vies hurlèrent de rage, et se ruèrent sur le trio vindicatif. Alors que moi, sans même y réfléchir, je pris mes jambes à mon cou, fuyant le massacre certain, la gorge nouée par la peur.

Après quelques mètres, je regardais par dessus mon épaule pour la première fois, un croisé était au sol, son corps brisé, la lame d'un de nos assassins le traversant de part en part.

Au deuxième regard, il ne restait qu'un croisé, se tenant face au trio, meuglant un ultime défi, avide d'une mort honorable.

Au troisième et dernier regard, l'un des hommes à la robe pourpre leva lentement sa main en ma direction, et un éclair en jaillit.

Puis, le néant.
_________________
"Nulle reddition."


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 10 Oct - 00:30 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Clan Sombrecoeur Index du Forum -> Camp de base (RP) -> Archives sombrecoeur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com